Faute d’assurance: les jockeys mauriciens menacent de boycotter People’s Turf PLC

Avec le soutien de
Les jockeys mauriciens souhaitent avoir une couverture d’assurance pour l’ensemble des activités organisées par la PTP.

Les jockeys mauriciens souhaitent avoir une couverture d’assurance pour l’ensemble des activités organisées par la PTP.

Comme si les couacs sur la piste ne suffisaient pas, voilà que le nouvel organisateur de courses se retrouve devant un autre problème. Les jockeys mauriciens réclament une couverture d’assurance de People’s Turf PLC, sans quoi, ils ne monteront pas lors des journées organisées par la nouvelle compagnie.

Les jockeys et apprentis mauriciens sont en négociations avancées avec la People’s Turf PLC (PTP) afin qu’ils puissent bénéficier d’une couverture d’assurance à la fois lors des séances d’entraînements organisées par la PTP aussi bien qu’en courses pour le compte de ce nouvel organisateur de courses.

Si jusqu’ici la PTP avait assuré une couverture pour les cavaliers locaux lorsque ces derniers ont participé aux courses qu’elle a organisées, reste qu’un cavalier explique que tel n’a pas nécessairement été le cas pour les séances d’entraînement tenues par l’organisateur. Ces derniers souhaitent bénéficier d’une police d’assurance couvrant l’ensemble de leurs activités pour le compte de People’s Turf.

Un cavalier qui a souhaité garder l’anonymat insiste que ce problème doit être réglé au plus vite. «Je vous explique la situation dans laquelle nous nous trouvons. D’abord, lorsque nous avons monté en courses pourPeople’s Turf, on avait la garantie de l’organisateur que nous sommes couverts pour la journée de courses. Maintenant en parallèle, tous les jockeys mauriciens, nous avions déjà une couverture avec une compagnie d’assurances qui nous couvre à l’entraînement et en courses. Reste que nous avons appris récemment qu’elle ne nous couvre pas lors des séances de training et pour les courses organisées par le deuxième organisateur de courses qu’est la PTP. C’est pour cette raison que nous demandons qu’elle nous procure une couverture d’assurance maintenant que nous savons que celle que nous avons déjà n’inclut pas les activités d’un organisateur autre que la MTCSL. Les négociations avancent et je pense que tout devrait rentrer dans l’ordre rapidement.»

Une réunion entre les cavaliers mauriciens a même eu lieu au Champ-de-Mars hier pour évoquer ce problème et une correspondance a été par la suite envoyée à la Horse Racing Division (HRD) pour faire part à l’instance régulatrice de la situation. Cette lettre de doléances, apprenons-nous, a obtenu la signature de plusieurs cravaches. Au niveau de la HRD, on laisse entendre que cette lettre aura toute l’attention voulue et qu’elle compte entrer en contact avec les personnes concernées dans les plus brefs délais. Néanmoins, à hier soir, ils étaient trois, voire quatre, jockeys mauriciens à avoir signifié leur intention à la HRD de participer aux activités de la PTP, étant rassurés qu’ils seront adéquatement couverts par une police d’assurance.

Il est bon de préciser que les cavaliers étrangers n’ont, eux, pas ce problème dans la mesure où ils ont tous une «international insurance coverage». Du coup, ils sont couverts par leurs polices d’assurance à l’entraînement et aussi bien en courses et ce pour peu importe quel organisateur de courses. Une source à la PTP a confirmé que les négociations sont en bonne voie pour trouver rapidement une solution à ce problème.

Par ailleurs, le président de l’association des jockeys mauriciens, Dinesh Sooful, a soumis sa démission hier. Nous avons essayé à plusieurs reprises de le contacter mais il est resté injoignable.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x