Violence en milieu scolaire: un écolier de neuf ans s’en prend à ses amis

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Une mère de famille ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis quelques mois, son fils de neuf ans, qui est en Grade 4, est le souffre-douleur de son «camarade» de classe. Il y a deux mois, le petit agresseur a pris une barre de fer et a roué de coups son ami. Ce dernier a eu le bras fracturé. Et il y a deux semaines, il l’a à nouveau agressé, en lui donnant plusieurs coups de poing jusqu’à ce qu’il perde connaissance. La mère de la victime, lasse de l’inaction de la direction de l’école et du manque de réaction du ministère de l’Éducation, veut que ces agressions cessent.

Cette habitante du Sud explique que son fils fréquente cette école du gouvernement depuis la maternelle. Son petit bourreau aussi d’ailleurs, qui était depuis toujours turbulent. Ils ont toujours été dans la même classe. Au fil des années, le comportement du petit turbulent a changé pour devenir de plus en plus violent. «Li bat tou zanfan. Li donn koudpwin, koudpié, séki éna dan so lamé li avoyé.»

Mais ce qu’il a fait, il y a deux mois, a choqué plus d’un. Lors de la récréation, il a enjambé un mur et il est parti chercher une barre de fer et est revenu pour battre son ami avec. «Li pran féray li tap li lor so lamin. Mo ti dan travay kan lékol téléfonn mwa pou dir mo garson inn blésé, zot inn amenn li lopital Souillac. Kan mo’nn ariv lopital, zot dir mwa mo garson inn sap dépi lor leskalié. Linn gagn fraktir ek dokter inn avoy li lopital Rose-Belle. Ek laba inn met plat ek li. Kan nou’nn rant lakaz, lerla ki mo garson inn dir mwa ki sa garson la kinn bat li ek féray», explique la mère. Outrée, elle s’est rendue au poste de police de Souillac. Elle s’est aussi rendue à l’école pour obtenir une explication de la direction. Celle-ci lui a expliqué qu’une lettre sera envoyée au ministère de tutelle.

«Li pran féray li tap li lor so lamin. Mo ti dan travay kan lékol téléfonn mwa pou dir mo garson inn blésé…»

Et voilà qu’à peine son fils se remet de cette agression, il est, à nouveau, victime d’une autre agression. «Inn gagn dé sémenn, linn bat mo garson, linn tap li, linn donn li koudpwin dan so lestoma ziska ki mo garson inn perdi konésans.» Elle a alors reçu un appel de la direction de l’école lui expliquant que son fils s’est senti mal et on lui a demandé de venir le récupérer à l’école. «Zot dir mwa mo garson pann bien, li pann manzé ek linn tonb san konésans. Kan mo rant lakaz, mo garson dir mwa sa garson la inn bat li.»

Le lendemain, se plaignant de douleurs à l’estomac, sa mère l’a emmené à l’hôpital avant de se rendre au poste de police. Et avec des policiers, elle s’est rendue au domicile du petit agresseur. «Mo enn mama mwa, mo pa swet sa zanfan-la gagn problem, mé mo per pou mo zanfan osi. Mo pa anvi mo zanfan gagn enn zafer alor ki mo pé avoy li lékol. Lapolis inn koz ek papa la ek linn dir ki li pou dir so zanfan arete. Li finn osi dir mwa ki so garson ena enn problem mantal. Minister ek direksion lékol bizin koné ki pou fer», déclare la mère dépitée.

Depuis, son fils est traumatisé et ne veut plus se rendre à l’école. Sa mère tente de le rassurer. «Éna enn proféser ki res ar zot pandan rékréasion mé komié létan sa pou diré?»

Nous avons tenté d’avoir une réaction de la direction de l’établissement scolaire mais personne n’a répondu.

Au niveau du ministère de l’Éducation, on n’a pas été en mesure de nous donner des informations.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x