Football Club M: une grève des joueurs perturbe l’entraînement

Avec le soutien de
Plusieurs manquements ont été observés par les joueurs durant les séances d’entraînement.

Plusieurs manquements ont été observés par les joueurs durant les séances d’entraînement.

Pas un jour ne passe sans que la préparation des présélectionnés pour la Cosafa Cup et les éliminatoires des Championnats d’Afrique des nations (ChAN 2023) ne s’en retrouve bouleversée. Après la démission du préparateur physique Geraldo Marc lundi, une grève, organisée par les joueurs, a secoué l’entraînement de mardi 21 juin au stade Anjalay. Les éléments du Club M demanderaient plus de considération et attendraient toujours de percevoir leur allocation financière.

C’est avec une heure de retard que le groupe a démarré ses entraînements sous la férule du sélectionneur Tony François et son adjoint Colin Bell. «Dès que nous sommes arrivés à l’entraînement, nous avons passé le mot pour ne pas nous entraîner tant que nos conditions ne seraient pas revues. Malgré l’insistance du staff technique, nous avons tenu bon. Nous nous entraînons cinq fois par semaine et plu- sieurs d’entre nous renoncent aux heures supplémentaires pour venir aux entraînements. Certains joueurs travaillent avec des entrepreneurs et sont payés par journée. Lorsqu’ils s’absentent pour s’entraîner, cela fait un manque à gagner en fin de mois», souligne un joueur qui a souhaité garder l’anonymat.

«Mauvaise image»

Il ressort pourtant que la Mauritius Football Association (MFA) aurait évoqué la possibilité d’offrir une allocation financière aux joueurs pour s’entraîner. «Zot inn zwé blié ek nous», confie un autre joueur. «Quand les binationaux sont venus s’entraîner à Maurice, ils ont été traités comme des rois. Nous avions de nouveaux vêtements pour nos séances et plus de considé- ration. Après leur départ, les choses ont commencé à se détériorer», poursuit ce joueur qui compte plusieurs sélections avec le Club M. Ce dernier fustige également l’absence d’Ozair Janoo, le Team Manager, aux entraînements de la présélection.

Il a fallu l’intervention du président de la MFA, Samir Sobha, pour que les choses se calment et que l’entraînement puisse enfin démarrer. «Devant notre insistance, le staff technique a finalement décidé de téléphoner à Samir Sobha. Ce dernier nous a dit que la situation financière était compliquée mais qu’il allait faire de son mieux pour qu’une somme soit débloquée. Il n’était pas au courant des absences répétées du Team Manager selon ses dires», explique le joueur.

Ceux à l’origine de ce mouvement indiquent également que leurs doléances ne sont jamais prises en considération. «Même si nous sommes passionnés par le football, le football moderne exige que des sommes adéquates soit accordées aux joueurs et ceux qui gravitent autour de cette discipline. Voyaz ek competition pa pou nouri moi.»

Dans moins de dix jours, la sélection nationale de football mettra le cap sur l’Afrique du Sud où elle s’alignera à la Cosafa Cup (5-17 juillet). De retour à Maurice, elle affrontera l’Angola dans le premier tour des éliminatoires du ChAN. Cette rencontre est prévue pour le 23 juillet au Complexe sportif de Côte-d’Or. «Ce qui m’attriste le plus c’est que cette situation projette une mauvaise image sur les plus jeunes. Ils voient dans quelles conditions ils seront appelés à évoluer et cela peut les décourager», indique notre interlocuteur.

Ce n’est définitivement pas le meilleur moyen de se préparer alors que le football n’existe plus vraiment à Maurice et que le Club M a enfin quelque-chose à se mettre sous la dent. Une fois l’entraînement terminé, les joueurs ont lancé un ultimatum à leur fédération. Si leur condition ne s’améliore pas et qu’ils ne reçoivent pas leur allocation financière, ils quitteront le rassemblement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x