Football │ Club M: Geraldo Marc aurait démissionné

Avec le soutien de
Geraldo Marc (à l’avant-plan) ne s’entendrait pas avec le staff technique du Club M.

Geraldo Marc (à l’avant-plan) ne s’entendrait pas avec le staff technique du Club M.

Geraldo Marc, le préparateur physique de la sélection de Maurice, ne ferait plus partie du staff technique du Club M. Il aurait soumis sa démission à la Mauritius Football Association (MFA) hier selon les échos reçus. Il n’apprécierait pas la façon de procéder aux entraînements de la présélection mauricienne qui aborde prochainement la Cosafa Cup et le premier tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations (ChAN 2023). 

Cela fait plusieurs années que Geraldo Marc est au chevet de la sélection nationale et de plusieurs autres sélections dont les U20, les U17 et la sélection féminine. Sollicité pour une déclaration, il nous a dit ceci : «Je ne peux donner de déclaration pour le moment.» Le staff technique composé initialement de Tony François, le sélectionneur, Colin Bell (coach adjoint), Ajay Reddy (entraîneur des gardiens) et de Geraldo Marc ne s’entendrait pas sur plusieurs points, dont le rythme à accorder aux séances de préparation physique. 

Si sa démission Club M est confirmée, Geraldo Marc poursuivrait toutefois l’aventure avec les autres catégories d’âge dont les U23. Pour en revenir au Club M, il aura un mois de juillet chargé avec notamment la Cosafa Cup (5 au 17 juillet) où le premier adversaire de la sélection nationale est l’Eswatini. Dans le premier tour des éliminatoires du ChAN, les quadricolores auront une double confrontation face à l’Angola. Le match aller est prévu le 23 juillet à Côte-d’Or. Les entraînements se poursuivent d’ailleurs sous la férule de Tony François.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x