Ces artistes qui ont parlé au nom des artistes… sans qu’ils ne le sachent

Avec le soutien de

Cette question revient comme un leitmotiv dans le secteur musical. Qui sont ceux qui ont représenté ces artistes lors des consultations pré-budgétaires cette année ? Pourquoi les associations d’artistes n’ont-elles pas été conviées ? Pourquoi l’Union des artistes, syndicat fraîchement réactivé – et unique syndicat dans ce secteur – n’a pas été invitée à formuler les attentes des secteurs créatifs ? 

Autant d’interrogations qui ont refait surface lors de la conférence de presse d’un collectif d’artistes mécontent des mesures du Budget 2022/2023 pour ce secteur. La conférence de presse a eu lieu le mardi 14 juin. 

Joëlle Coret, présidente de l’Union des artistes, a affirmé à cette occasion que «nous avons demandé une rencontre avec le ministre des Arts et du patrimoine culturel. C’était le 6 janvier 2022. Il nous a reçus deux jours après le Budget». Elle précise toutefois qu’une rencontre avec ce ministre avait été proposée avant le Budget, «mais la veille pour le lendemain, je n’ai pas pu m’y rendre». 

La danseuse et chorégraphe Anna Patten a
participé aux consultations pré-budgétaires.
En avril, elle a aussi pris part à la Dubaï Expo.

La présidente de l’Union des artistes maintient avoir redemandé qui a représenté ce secteur lors des consultations pré-budgétaires. «Mo pankor gagn repons la. J’insiste pour que les ministères des Arts, des Finances, du Tourisme, tous ceux concernés consultent l’Union des artistes.» 

La participation à ces rencontres sectorielles entre le Grand argentier, les hauts cadres du ministère des Finances et les divers représentants a lieu sur invitation. C’est donc le ministère des Finances qui choisit avec qui il souhaite parler. Ces happy few triés sur le volet se sont exprimés lors d’une rencontre le 6 avril. 

Musique bien représentée 

La filière la plus fortement représentée était celle de la musique. Il y avait Kishore Taucoory des Bhojpuri Boys. Il est un membre nommé par le ministère des Arts et du patrimoine culturel pour siéger au board de la Mauritius Society of Authors (MASA). Interrogé à l’issue de cette réunion, il avait expliqué avoir mis en avant la nécessité de soutenir financièrement les musiciens pour qu’ils puissent acheter des instruments. 

Sylvain Kaleecharan a parlé au nom
des artistes au ministère des Finances.

Autre participant : le chanteur Sylvain Kaleecharan qui a demandé «que, dans ce moment difficile où nous ne pouvons travailler, l’État nous aide à respirer». Outre l’aide financière – selon une formule que le chanteur n’a pas précisée – il a remis sur le tapis un vieux projet. Celui du stade musical. «Mem si larg pei, kot nou pou zwe ?» s’est-il interrogé. «Nous aurions aimé avoir un stade musical, tout comme celui du théâtre de plein air Saint-Gilles à La Réunion.» Selon lui, le public local ne s’est «pas trop adapté» aux concerts virtuels. «Inn larg sa enn kou vit. Ou kone kouma morisien ete. Li kontan kan ou divan li, live.» Le secteur musical était aussi représenté par Marousia Bouvéry du Group Abaim. Ainsi que Kurty O’Clou du groupe Lespri Ravann. 

Pour les autres filières, les danseurs et chorégraphes Anna Patten et Stephen Bongarçon ont répondu présent. Dans l’événementiel, Ashley Muneesamy et Krisley Appadoo d’Ichos Production étaient là. 

Kishore Taucoory a soumis ses propositions.
Il est un membre nommé par le ministère des Arts et du
patrimoine culturel au board de la MASA.

Dans la catégorie des arts visuels Boopen Dooba d’Indianoceanika – un regroupement d’artistes – et le sculpteur et enseignant Lewis Dick ont participé aux consultations.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x