Journée mondiale de l’océan: voyage dans le grand bleu

Avec le soutien de

Le 8 juin c’était la Journée mondiale de l’océan. Une journée qui vise à nous rappeler le rôle des océans comme sources de vie, partout dans le monde. De ce fait, pour l’occasion, Odysseo, le premier océanarium de Maurice et de l’océan Indien, aux Salines, Port-Louis, a voulu marquer le coup en dédiant toute une semaine à l’océan. Celle-ci s’est étalée du 1er au 8 juin. Il y aura aussi un prog ramme de nettoyage sur une base mensuelle autour de l’île et, chaque mois, une plage sera aussi déblayée. Le mouvement s’appelle #plasticfishing.

Pourquoi cette mise en avant de la protection de l’océan ? 
L’océan couvre environ 70 % de la surface de la Terre. Nos actions démesurées menacent cet océan et la biodiversité qui l’habite et dont l’existence est capitale pour la survie de l’homme. La Semaine de l’Océan, mise en avant par Odysseo, était une belle occasion d’éduquer les Mauriciens sur le rôle primordial de l’océan dans nos vies et de les sensibiliser à prendre des actions pour le protéger, pour notre génération et celles à venir. Odysseo est bien plus qu’un simple espace de loisirs, c’est aussi un lieu de découvertes, voué à satisfaire la curiosité de tout un chacun, en ayant à coeur de respecter son mantra : «Connaître, Aimer, Protéger». Car, au bout du compte, on agit pour protéger que ce qu’on connaît et ce qu’on aime. 

Quels sont les autres évènements d’Odysseo ? 
Odysseo regroupe trois événements majeurs : la Journée mondiale de sensibilisation aux récifs, le 1er juin, la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, et la Journée mondiale de l’océan, le 8 juin. Ces huit jours sont l’occasion d’en apprendre davantage sur ces sujets, qui nous concernent tous. 

Les coraux, pourquoi est-ce nécessaire de les protéger ? 
Tout simplement parce que le constat est alarmant : durant les 30 dernières années, plus de 50 % des récifs ont été irréversiblement endommagés et jusqu’à 90 % pourraient disparaître d’ici un siècle. Des chiffres qui donnent froid dans le dos, particulièrement pour des pays insulaires comme Maurice. En effet, les récifs coralliens protègent les régions côtières et leurs habitants des cyclones, de l’érosion et des inondations en absorbant 97 % de l’énergie des vagues. Même s’ils ne couvrent qu’une surface relativement petite – moins de 1 % des fonds marins –, les récifs coralliens abritent une biodiversité plus riche que n’importe quel autre écosystème sur Terre : plus de 25 % de toute la vie marine y a élu domicile. 

Comment agir ? 
Un geste simple pour protéger les coraux : évite de toucher, casser ou de marcher sur des coraux vivants quand tu vas en mer. Odysseo, par exemple, s’implique dans la recherche sur le corail. Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la restauration des récifs, on a démarré un projet de jardinage de corail, mené par une équipe de biologistes et d’aquaristes. Tu peux voir une partie de ce travail lors de ta visite à l’océanarium. 

Qu’en est-il de la protection de la planète ? 
Pour satisfaire notre société de surconsommation, une seule planète n’est plus suffisante – nous utilisons l’équivalent de 1,6 Terre pour maintenir notre mode de vie actuel. Face à la surexploitation des ressources naturelles, la surpêche, la pêche illégale, la destruction des habitats naturels, les écosystèmes de la planète ont du mal à répondre à nos besoins. 

Nos modes de vie non réfléchis nous conduisent à rejeter trop de gaz à effet de serre comme le CO2 dans l’atmosphère, conduisant au réchauffement de la planète Terre. Un désastre pour l’environnement ! 

L’océan permet de réguler le climat en absorbant au moins 30 % des émissions de CO2. Il produirait aussi au moins 50 % de l’oxygène de la planète. Au cours des dernières décennies, un dérèglement climatique hors norme a été observé : feux gigantesques, cyclones destructeurs, inondations en série, grêle sous les tropiques. Le dérèglement climatique nous affecte tous. 

Autre urgence qui nous pousse à encore sensibiliser à la protection de l’océan c’est la pollution plastique, qui est un désastre écologique et humain. Chaque année, entre neuf et 14 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans l’océan. Ce chiffre pourrait tripler d’ici 2040 si nous ne modifions pas nos habitudes. Ces déchets sont à l’origine des microplastiques, qui sont ingérés par la faune et la flore marines et terrestres. Nous puisons notre nourriture de ces écosystèmes et sommes donc, nous aussi, très exposés à cette contamination. Alors que les conséquences ont été mesurées chez certains animaux (baisse de reproduction, perturbation de l’alimentation et de la croissance…), les conséquences sur la santé humaine ne sont pas encore bien mesurées. Il faut toutefois que nous soyons conscients que nous retrouvons les microplastiques dans notre alimentation, mais aussi dans l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons. 

L’heure est grave. Que faire dans l’immédiat pour changer les choses ? 
D’après de dernier rapport des experts du climat des Nations unies (GIEC), il est préconisé de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius. Pour y parvenir, nous devons agir vite et maintenant. Quelques actions qui sont décisives : réduire notre demande énergétique et utiliser des énergies qui produisent moins de gaz à effet de serre – les fameuses énergies vertes ; limiter le gaspillage et réduire notre demande – en particulier le gaspillage alimentaire. Il est crucial d’agir tous ensemble pour pouvoir préserver ce qui reste de nos océans et de notre planète Terre. Pour y arriver, à Odysseo, on s’investit pleinement dans la sensibilisation et l’information pour tous afin que nous puissions adopter les gestes et les habitudes, qui nous permettront d’agir pour la Terre. Des panneaux éducatifs et informatifs sont disposés tout au long de la visite pour nous permettre de prendre conscience de la beauté et de la fragilité du monde marin, de comprendre ses spécificités et de se projeter dans l’action. 

Il est aussi important de réaliser que même si nous ne faisons qu’une petite action à la fois pour la planète, cela compte et contribue au changement. N’oublions surtout pas de sensibiliser et d’éduquer notre entourage au changement. Réduire sa consommation de plastiques à usage unique, limiter l’utilisation de produits toxiques, réduire sa consommation et consommer des produits plus durables, participer à des actions collectives de nettoyage de la nature sont autant d’actions qui permettent d’agir durablement. En changeant individuellement pour des actions plus justes, nous changeons collectivement pour un avenir plus radieux.
 


Mieux connaître l’océan pour mieux le protéger. Tel était le thème de cette semaine de l’océan par Odysseo. C’était aussi une opportunité pour les Mauriciens d’apprendre à mieux connaître cet océan qui nous entoure, de mieux le célébrer et le protéger. Pour nous en parler, nous nous sommes tournés vers Bernardo Nascimento, responsable de la conservation et de l’éducation à Odysseo.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x