Boxe: Beterbiev punit Smith et unifie les titres chez les mi-lourds

Avec le soutien de

Le Russe Artur Beterbiev n'a eu besoin que d'un round et demi pour démolir l'Américain Joe Smith et lui ravir la ceinture WBO des mi-lourds, qui s'ajoute à celles des WBC et IBF déjà en sa possession, samedi à New York.

Agé de 37 ans, Beterbiev enchaîne un 18e succès en autant de combats et tous ont été obtenus avant la limite. Il est le seul champion du monde actuel, toutes catégories confondues, à pouvoir s'en targuer.

Sur le ring du Madison Square Garden, le boxeur, également naturalisé canadien, a fait honneur à sa réputation de puncheur finisseur, face à Smith qui a pris la grêle d'entrée.

L'Américain a été compté trois fois dans la première reprise, sonné par le crochet du droit surpuissant de son adversaire, qui a trouvé les failles soit en passant par-dessus sa garde, soit par-dessous en plaçant de gros uppercuts.

Le second round a vu Beterbiev avancer comme une machine sur sa proie de plus en plus affaiblie, parti une quatrième fois au tapis avant de se relever.

Quelques secondes plus tard, l'arbitre n'a pas pris la peine de compter Smith qui tenait à peine sur ses pieds, le regard dans le vide, après une énième droite prise à la tempe.

A 32 ans, il concède sa 4e défaite (28 victoires, dont 22 avant la limite).

Impérial, Beterbiev a annoncé à l'issue du combat son souhait d'être le roi de la catégorie, en défiant celui qui détient le titre WBA, le seul qui lui manque, le redoutable russe Dimitry Bivol.

Ce dernier avait fait très forte impression en le conservant le 7 mai, avec une victoire par décision unanime aux dépens du Mexicain Saul "Canelo" Alvarez.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x