Environnement: un flamant rose aperçu sur les plages

Avec le soutien de
Les images avaient été publiées sur le groupe «Animal adoption/rescue/ rehabilitation Mauritius».

Les images avaient été publiées sur le groupe «Animal adoption/rescue/ rehabilitation Mauritius».

Depuis plus d’une semaine, un flamant rose (Phoenicopterus roseus) se balade sur la côte est. Il a été aperçu pour la première fois à Poste La Fayette, et puis a fait son chemin jusqu’à Calodyne, Trou-d’Eau-Douce, l’île-aux-Cerfs et l’îlot Mangénie.

D’où vient cet oiseau ? Aucun hôtel ni parc animalier ne l’a réclamé jusqu’ici, dit Vikash Tatayah, directeur de la conservation à Mauritius Wildlife Foundation (MWF). «Si notre oiseau actuel n’appartient à aucun établissement, il serait donc arrivé par ses propres ailes. Il faut savoir que le grand flamant se reproduisait, auparavant, par milliers, à Maurice et à La Réunion, tout comme son petit frère, le petit flamant rose (Phoenicopterus minor). Il est possible que ce ne soit pas la seule espèce sur l’île, il pourrait y avoir plusieurs autres espèces comme le flamant nain. Ça reste à confirmer dans les jours à venir.» Vikash Tatayah est d’avis que d’autres flamants roses ont pu essayer de faire la traversée, leur habitat naturel le plus proche pouvant être Madagascar. «Mais on en trouve aussi sur la côte Est africaine au Kenya et en Tanzanie».

Revenons à notre visiteur. Il s’agit d’un adulte, de sexe indéterminé, paraissant en bonne santé. Il profite de la marée basse des plages et des mangliers pour s’alimenter des vers et des crustacés dans la vase. Il pourrait passer des jours, des semaines, voire des mois avant de reprendre le chemin du retour, qui pourrait être Madagascar, l’Afrique de l’Est ou les Seychelles.

Comment le flamant a-t-il pu se retrouver à Maurice ? Pour Vikash Tatayah, cela peut s’expliquer par «des conditions météorologiques un peu difficiles ces derniers temps dans l’océan Indien. Il a probablement, au cours d’une migration de retour de Madagascar vers la côte africaine, été dérouté».

En attendant d’en savoir davantage, la demande a été faite d’observer l’oiseau de loin et de ne pas l’effrayer avec des bruits. «Évidemment, il ne faut pas tenter de le capturer», ajoute Vikash Tatayah, qui précise que la MWF va prendre charge de l’oiseau car depuis quelques jours, il a du mal à se nourrir.

Pour rappel, l’année dernière, un flamant rose avait été aperçu à Wolmar et avait été réclamé par un hôtel de Flic-en-Flac.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x