Licenciement injustifié: un capitaine indien réclame Rs 7 millions à Air Mauritius

Avec le soutien de

Injustifiée, illégale et abusive; c’est ainsi que le capitaine indien Gautam Banerjee qualifie sa mise à pied prématurée par la direction d’Air Mauritius (MK). Raison pour laquelle il se tourne vers la Cour suprême en réclamant des dommages de Rs 7 022 275 à la compagnie nationale d’aviation.

Dans une lettre datant du 6 mars 2020, la direction d’Air Mauritius a mis fin unilatéralement à son contrat avec effet immédiat. Elle reproche à l’Indien de n’avoir pas atteint le niveau requis dans l’accomplissement de ses responsabilités comme capitaine à bord de l’A330.

Le plaignant précise dans sa plainte, rédigée par Me Pazany Thandarayan, avoué, qu’au moment de son licenciement, il était en congé en Inde. Il indique avoir officié comme capitaine à Air India, Indigo et Nepal Airlines. Suivant un contrat en écrit datant du 11 mars 2019, il s’est joint à la compagnie Air Mauritius comme capitaine le 21 juin 2019. Le contrat était d’une durée de deux ans se terminant le 16 juin 2021.

Son salaire de base était de Rs 212 7109. En sus de son salaire, il a eu droit au paiement des heures supplémentaires et un boni de fin d’année qui était payable en novembre chaque année. Selon sa fiche de paie pour le mois de janvier 2020, son salaire était de Rs 428 756, 83.

Le plaignant considère que la direction d’Air Mauritius a commis une faute contractuelle en mettant fin son contrat de travail. Il demande ainsi à la Cour suprême de condamner la direction d’Air Mauritius à lui verser des dommages de Rs 7 022 275 pour renvoi injustifié. Le procès sera appelé devant cette instance judiciaire le 9 juin. Le capitaine indien a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x