Beach Authority Bill: fortes amendes et emprisonnement au programme

Avec le soutien de

Le projet de loi qui vise à donner davantage de pouvoirs à la Beach Authority a été voté sans amendement au Parlement, mardi. Lors de la présentation du Beach Authority (Amendment) Bill, le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, a annoncé qu’il y aurait de fortes sanctions pour ceux qui enfreignent la loi, dont des amendes allant jusqu’à Rs 100 000 dans certains cas et des peines d’emprisonnement ne dépassant pas deux ans. La Beach Authority gère 132 plages publiques, longues de 48,2 kilomètres et qui occupent une surface de 327,8 hectares. Désormais, elle sera responsable de toutes les plages des îles de la République de Maurice…

Lors de son summing up, Kavy Ramano a fait ressortir «qu’avec les pouvoirs et la compétence révisée de la Beach Authority, l’application de la loi sera renforcée pour une gestion et un contrôle efficaces des plages publiques». De plus, il ajoute que Maurice, en tant que petit État insulaire en développement, n’est pas épargné par les effets néfastes du réchauffement climatique. «Les effets sont perceptibles le long des zones côtières y compris les plages publiques.» Il estime qu’il est important de proposer des mesures pour gérer et contrôler les plages publiques avec une approche holistique et durable.

Kavy Ramano a également expliqué que la délimitation des plages à 100 m du low watermark vers la mer confère une responsabilité accrue à la Beach Authority, qui devra veiller à ce que les lois soient respectées. Le ministre a en outre évoqué le projet qui consiste à permettre aux personnes présentant un handicap d’accéder à la plage. «Ce sera une réalité dans les semaines à venir.»

Plus tôt, Kavy Ramano n’a pas manqué de fustiger l’absence des parlementaires de l’opposition, qui «ont encore une fois choisi le walk-out dont ils sont devenus des spécialistes au lieu d’apporter une contribution constructive aux débats. L’histoire retiendra encore une fois que l’opposition a failli à ses responsabilités à apporter une contribution qualitative à un projet de loi qui concerne un de nos plus grands atouts touristiques – nos plages (…)».

Ce sont les deux députés de Rodrigues qui ont clôturé les débats sur le projet de loi. Buisson Leopold a fait ressortir qu’avec la vulnérabilité croissante de nos plages face à la pollution, le projet de loi donnera plus de responsabilité à la Beach Authority qui sera chargée de les protéger. Pour lui, des 40 % des détritus retrouvés sur les plages sont générés par le public. «Ce projet de loi permet aux officiers de la Beach Authority de surveiller et de maintenir la santé de nos plages (…) C’est le rôle du gouvernement dans l’établissement d’un cadre juridique approprié pour renforcer les politiques durables quant aux mesures respectueuses de l’environnement.»

De son côté, Francisco François a expliqué que si un protocole d’accord a été signé entre l’Assemblée régionale de Rodrigues et la Beach Authority en 2013, un nouveau Memorandum of Understanding devra être conclu entre les deux instances. «La coopération entre la Rodrigues Regional Assembly et la Beach Authority se fera pour des projets à coûts élevés, par exemple, l’aménagement paysager et le développement infrastructurel majeur.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x