Violence à l’école: Preety, 11 ans, battue par six «camarades de classe»

Avec le soutien de
[Photo D'illustration]

[Photo D'illustration]

Les violences entre élèves n’en finissent plus. La semaine dernière, deux écoliers et un adolescent avaient été victimes d’agression. Mardi, Preety*, une écolière de 11 ans, a été agressée par six «camarades de classe», quatre filles et deux garçons, à sa sortie d’école, à Bambous. Une des filles aurait même insulté le père de la victime. Des menaces auraient également été lancées par le père de cette fille. L’affaire a été rapportée au ministère de l’Éducation. Une enquête a aussi été ouverte par le poste de police de Bambous.

La fille agressée a raconté que mardi, peu avant 14 heures, un des élèves de sa classe l’aurait poussée, puis giflée. Elle aurait aussitôt rapporté les faits à l’enseignant présent, en croyant que cela ferait peur à l’autre élève. La raison de l’agression serait que la victime est l’amie d’une fille qui s’était disputée avec l’un des présumés agresseurs plus tôt.

Vers 15 h 30, après les classes, alors qu’elle rentrait chez elle, Preety est approchée par six élèves de sa classe. Ces derniers auraient commencé à lui donner des coups. «Zot inn bat mwa, ris mo sévé, zot inn donn mwa kalot», relate-t-elle. L’écolière a accouru chez elle et s’est réfugiée dans sa chambre.

Elle raconte tout à son père quand il rentre du travail. Celui-ci se rend chez une des élèves et informe son père de l’agression. Ce dernier s’excuse et lui assure que cela ne se reproduira pas. Il se présente chez une deuxième fille et c’est là que les choses se gâtent. Le père et la fille l’auraient insulté et menacé. Il rapporte alors l’incident à la police. L’habitant de Bambous souhaite que des actions soient prises contre ceux qui auraient agressé sa fille.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x