Viande et poisson: les produits frais en surchauffe

Avec le soutien de
Les consommateurs doivent prévoir un plus gros budget pour l’achat de viande fraîche.

Les consommateurs doivent prévoir un plus gros budget pour l’achat de viande fraîche.

Le consommateur est sur le billot. Après d’autres denrées alimentaires, c’est au tour du poisson, de la viande et du poulet de voir leurs prix gonfler.

Les coûts de la pêche deviennent insoutenables, notamment en raison de la hausse du prix du carburant. Afin de continuer à subvenir aux besoins de leur famille, les pêcheurs n’ont d’autre choix que de revoir à la hausse le prix du poisson frais, vendu directement aux consommateurs et aux banians.

Pour les poissons comme le mulet, qui se vendait à Rs 70, le prix passe à Rs 100 la livre. Cordonniers, rougets, cateaux, dont le prix variait de Rs 80 à Rs 100 la livre s’élèvent à Rs 125 à Rs 140. Les autres poissons comme le berry et le capitaine passent à Rs 175 à Rs 190. Quant à la vieille rouge, elle augmente de Rs 275 à Rs 300 la livre.

Judex Rampaul, le président du syndicat des pêcheurs, explique que 95 % de ses collègues ont besoin de carburant pour aller en mer. Un pêcheur peut utiliser entre 5 l et 40 l d’essence par jour, selon la distance parcourue. Avec l’augmentation des prix du carburant, les pêcheurs se retrouvent à faire des pertes. Ce qui explique cette hausse.

En outre, afin de continuer à mettre du poisson sur le marché à un tarif raisonnable et d’éviter que les prix ne s’envolent, le syndicat demande une subvention sur les carburants pour les pêcheurs. Toutefois, un grand opérateur indique, de son côté, qu’il n’y a pas d’augmentation car l’entreprise a réussi à absorber la hausse des coûts au niveau de la pêche et que pour les importations, le prix de revente n’a pas augmenté depuis janvier.

Idem pour la viande fraîche. À Socovia Ltd, on nous fait comprendre que l’augmentation du prix est inévitable. «Le coût de la vie est devenu très cher. Cette hausse des prix est mondiale. La situation est hors de notre contrôle. Désormais, la viande bovine passe de Rs 147,50 à Rs 160 la livre. Une augmentation de Rs 12,50 que les bouchers doivent débourser», explique Fadil, un des responsables. Il précise que la dernière cargaison a été reçue à un prix très élevé, ce qui a obligé la compagnie à majorer ses tarifs.

Même son de cloche du côté de Master Breeders Ltd, importateur de bœuf, cabri et mouton. «Si l’alimentation animale a augmenté en Afrique du Sud ou dans d’autres pays, nous, les importateurs, devrons certainement payer plus. Idem pour le coût du fret qui a augmenté. Notre devise continue de se déprécier face au dollar. Cet ensemble a un impact énorme sur nous», avance le directeur.

Zebu Ltee, un autre importateur de cabri, bouc et de mouton, abonde dans le même sens. Le prix de ces viandes passe de Rs 300 à Rs 325/ Rs 350 la livre.

En ce qui concerne le poulet, les consommateurs peuvent s’attendre à une augmentation d’environ Rs 10 la livre dans les prochains jours.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x