Opération go-slow: la police très… rapide

Avec le soutien de
La police, dont la Special Supporting Unit ici à Quatre-Bornes, était sur le terrain tôt hier matin, en prévision du go-slow de Linion Pep Morisien.

La police, dont la Special Supporting Unit ici à Quatre-Bornes, était sur le terrain tôt hier matin, en prévision du go-slow de Linion Pep Morisien.

Ils étaient en poste, de bon matin, dans plusieurs régions du pays. Dont Quatre-Bornes et Phoenix, entre autres. Des officiers de la police et de la SMF, notamment, étaient semblet-il parés à toute éventualité. Les allées et venues de l’hélico dans le ciel ne sont pas non plus passées inaperçues… Les autorités n’ont visiblement pas pris à la légère l’opération go-slow initiée par Linion Pep Morisien (LPM), visant à protester contre la hausse des prix des carburants.

En attendant, si le mouvement n’a pas été très suivi selon un premier constat, hier, lors d’une conférence de presse, LPM a appelé les Mauriciens à s’y joindre en masse, dès aujourd’hui. Dev Sunnasy est allé jusqu’à lancer un ultimatum au Premier ministre, lui laissant jusqu’à vendredi pour agir et baisser les prix des carburants, parmi d’autres revendications. «Sa zis enn ‘trailer’ sa. Si li pa pran désizion ki bizin, van- drédi, bé nou ava zwé fimla…» De quel genre de film s’agit-il ? Si le suspense perdure, on a cru comprendre qu’il s’agirait de «lopérasion bril mask dévan Parlman» (voir plus loin).

En attendant, Dev Sunnasy a donné l’assurance que les activités organisées par LPM n’auront aucun impact sur le déplacement des collégiens qui doivent prendre part aux examens de Cambridge. «Ceux qui doivent se rendre dans leurs centres d’examen à 8 heures et à midi peuvent le faire librement. Nos activités n’auront pas lieu pendant ces heures-là.»

Pour sa part, Bruneau Laurette a fortement critiqué l’opposition, qu’il accuse de bénéficier du système politique actuel. «Li pa normal ki zot alokasion karbiran plis ki saler minimal ek pansion. Zot ti bizin rénons a sa o mwin ziska bes pri. Sa bannla dir ou ki zot pou vinn travay pou lépep?» a déclaré le politicien et activiste social. Il a également déploré la forte présence policière dans la ville des fleurs hier matin. «Kot zot été kan éna krim dan péi? Tousala ti prézan akoz LPM? Mo pa per prizon mwa!»

Bruneau Laurette s’est est également pris au Premier ministre, qui raconte des «balivernes», selon ses dires. «Lady Macbeth tire les ficelles, Pravind est derrière…»

LPM a ensuite réitéré l’appel à la population, demandant aux automobilistes de se déplacer à 20 km/h «anytime, anywhere» aujourd’hui. «On vous invite à mettre en pratique ce que vous avez appris à l’auto-école…»

S’exprimant en bhojpuri, Asha Gunness a quant à elle demandé au gouvernement mauricien de suivre l’exemple de celui de l’Inde. «Narendra Modi a baissé les prix de l’essence et du diesel. Puisqu’il est votre jigri dost (NdlR, bon ami), faites pareil.»

Khodaboccus interpellé 

Alors que LPM a prévu de démarrer une opération go-slow à 13 heures aujourd’hui, dans la capitale, hier après-midi, un des membres de LPM, en l’occurrence Raouf Khodabaccus, a été interpellé par la police et conduit au poste de police de Trou-Fanfaron.

Abedeen, ami proche de l’activiste, raconte que ce dernier accrochait une banderole à la rue Desforges quand il a été approché par des policiers. «Ils lui ont dit qu’il n’avait pas le droit de le faire sans autorisation de la mairie. Raouf a dit qu’il comptait plus de 30 ans d’expérience en politique et qu’il n’était pas au courant de cette loi.»

Les choses se sont alors envenimées et un policier l’aurait insulté, selon l’ami. «Bannla finn ramas li akoz li pann dakor sa polisiéla finn zour li.» Au poste de police, Raouf Khodabaccus a dû s’expliquer sur ce qui s’était passé. C’est alors que d’autres membres de LPM, dont Ingrid Charoux, Jean Claude Barbier et Bruneau Laurette, sont venus le soutenir. Ce dernier, énervé, a affirmé que cette arrestation relève de la pure provocation pour contrer les activités de LPM.

Au final, Raouf Khodabaccus a pu quitter le poste de police en compagnie de son homme de loi, Me Rama Valayden. Une charge provisoire de rogue and vagabond a toutefois été retenue contre lui. «Je ne vais pas baisser les bras, au contraire. En tant qu’activiste, je vais continuer à me battre pour la vérité et je demande aux Mauriciens de manifester leur colère car le prix de l’essence ne cesse d’augmenter», a déclaré Raouf Khodabaccus.

Bruneau Laurette a par ailleurs indiqué que le combat continue et que vendredi, les membres de LPM comptent également manifester contre le port du masque. «Si falé, vandredi, nou pou bril mask devan Parlman.» Rama Valayden devait ajouter qu’il sera difficile de contrer et de décourager LPM, qui se bat pour le peuple.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x