Message de Noël censuré par la MBC: le Diocèse de Port-Louis s’en remet à la Cour supreme

Avec le soutien de

Le Diocèse de Port-Louis se tourne désormais vers la Cour suprême pour demander une révision judiciaire de la décision de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) au sujet du message de Noël du cardinal Piat censuré par la MBC. Un affidavit a été juré en ce sens. Mais une copie de l’affidavit a été publiée dans un journal. Voici la réaction du Père Labour…

Depuis que le message du cardinal Piat a été censuré par la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), je suis passé par les institutions de la République pour demander des explications sur ce que je considère avoir été un non-respect du droit fondamental à la liberté d’expression du cardinal Piat. Dans de nombreux échanges avec l’IBA et maintenant la Cour suprême, je continue le combat pour que nos droits soient respectés dans la stricte conformité aux procédures prévues par les institutions.

Je me suis toujours abstenu de communiquer à la presse le contenu des échanges de correspondances et contacts divers avec les autorités judiciaires pour respecter leur indépendance et ne pas faire pression de l’opinion publique sur ceux à qui il revient de porter un jugement. L’échange des affidavits entre avoués des deux parties en litige se font en open court. Je suis donc étonné qu’un titre ait eu copie de l’affidavit confidentiellement envoyé en Cour suprême. Il faudrait savoir qui du côté du judiciaire a release à la presse cette copie.

Ce n’est pas la première fois que la presse étale ce qui devrait être le secret de l’instruction, comme le dit la justice française. Je suis choqué que le judiciaire se rende coupable de laisser «fuiter» des affirmations encore en attente de jugement dans bien d’autres affaires autrement plus importantes. C’est devenu normal désormais. Les juges et les avocats s’accommodent des trials by the press, scoops et contre-scoops, qui font les choux gras des titres. À qui profitent ces crimes ?

Désormais je suis prêt à tout lâcher dans la mesure où même le judiciaire laisse fuiter des informations judiciaires secrètes. Pleure ô mon pays bien-aimé. Je pleure pour Michaella, Kistnen et les autres.

Père Jean Maurice Labour.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x