Cadavre retrouvé dans une fosse septique - Terrasson: Yannick Marie détaille comment il s’est débarrassé du corps

Avec le soutien de
Yannick Sheldon Marie a fait un doigt d’honneur à la foule présente lors de la reconstitution des faits.

Yannick Sheldon Marie a fait un doigt d’honneur à la foule présente lors de la reconstitution des faits.

Yannick Sheldon Marie, principal suspect dans le meurtre de Martine Joëlle Fineau, est retourné à Terrasson, hier sous forte escorte policière pour une reconstitution des faits. Il en a profité pour faire un doigt d’honneur à la foule présente…

Pour rappel, le cadavre de Martine Joëlle Fineau a été retrouvé dans une fosse septique vendredi dernier. Son concubin, Yannick Sheldon Marie, âgé de 29 ans et qui était déjà en détention policière pour une amende impayée, est le principal suspect. Il a d’ailleurs avoué le crime lors de son interrogatoire.

Lors de l’exercice d’hier, il a expliqué, avec force détails, comment il a tué sa concubine et l’a jetée dans la fosse septique et a recouvert son corps de ciment. Il est accusé provisoirement de meurtre. Les éléments de la SSU, les chiens renifleurs et les policiers du poste de La Tour Koenig ont prêté main forte aux limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT) pour cet exercice.

Victime de violences

La sœur de Martine Joëlle Fineau, Jenny Numa, a alerté la police de la disparition de la victime au début du mois. Elle a expliqué que la dernière fois qu’elle a conversé avec sa sœur remontait au début de février. Depuis, elle n’a plus eu de nouvelles. Lors de la conversation, Jenny Numa relate que sa sœur portait des blessures au visage et lui avait confié qu’elle avait été frappée par son concubin.

D’ailleurs, ce n’était pas la première agression, et Martine Joëlle Fineau avait rapporté le comportement violent de Yannick Sheldon Marie à la police à plusieurs reprises. «On lui disait de quitter son compagnon mais elle ne nous écoutait pas. Nous nous demandons désormais si elle n’était pas manipulée par lui» avait confié Jenny Numa après la découverte du cadavre dans le fosse septique du domicile du couple.

Selon les proches de la victime, Martine Joëlle Fineau avait emménagé avec son concubin il y a moins d’un an, et les problèmes ont commencé dès le début de la relation. Yannick Sheldon Marie est aussi suspecté d’être un utilisateur de drogue synthétique. Face à sa situation personnelle difficile, la victime avait sombré dans l’enfer de l’alcool. À plusieurs reprises, ses proches ont tenté de l’aider à en sortir, mais comme sa situation ne s’améliorait pas, elle rechutait à chaque fois.

Disparition inquiétante

Après la dernière conversation que Jenny Numa avait eu avec sa sœur, elle a tenté de la contacter à plusieurs reprises, mais tous les numéros qu’elle avait laissés à ses proches ne répondaient pas. Des membres de sa famille se sont aussi rendus à son domicile, mais se sont heurtés à une porte fermée. Le 6 mai, Jenny Numa a finalement alerté la police, mais elle aussi n’a constaté qu’une maison vide. «Il y avait une odeur de putréfaction dans l’air, mais sans mandat, les policiers ne pouvaient rien faire» a précisé Jenny Numa.

Puis, le 9 mai, Yannick Sheldon Marie est arrêté pour une amende impayée. Lors de son interrogatoire, les policiers le questionnent sur la disparition de sa concubine et veulent savoir pourquoi il ne l’a pas rapportée il ne s’est pas attardé sur le sujet. Ce n’est qu’après la découverte du cadavre en état de décomposition qu’il est passé aux aveux, expliquant que Martine Joëlle Fineau s’est écroulée après qu’il l’a frappée. Le cadavre portait plusieurs blessures et l’autopsie a attribué le décès à une hémorragie intracrânienne. Cependant, les enquêteurs soupçonnent qu’il a agi avec l’aide de complices et ils ont demandé à visionner les images des caméras Safe City.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x