Vacoas: une «Probation House» pour filles endommagée

Avec le soutien de

Une Probation House pour filles à Vacoas a été endommagée dans la nuit du mardi 10 mai au mercredi 11 mai. En effet, cinq résidentes, âgées entre 12 et 14 ans, se sont montrées violentes. L’une d’elles a pris la fuite par la suite. Cet incident, qui a résulté en des dégâts matériels et qui fait l’objet d’une plainte au poste de police de Curepipe, ne serait que le sommet de l’iceberg…

Dépassées par la situation et traumatisées. C’est dans cet état que se retrouvent les Probation Officers de Vacoas. Selon sa plainte au poste de police de Curepipe, la responsable de la Probation House explique que les choses ont commencé à s’envenimer vers 21 heures ce mardi-là. Deux des filles n’avaient pas encore regagné leur chambre pour aller dormir. Elles se trouvaient dans le salon à parler à voix haute et à rire, ce qui aurait perturbé les autres filles qui s’étaient déjà au lit.

Ces filles tenaient des propos outrageants. Et vers 22 h 45, elles étaient toujours éveillées et faisaient du bruit. L’une des deux ‘house mums’ qui était de service ce soir-là leur a demandé de se mettre au lit. Une demande qui n’a pas plu à l’une d’entre elles, âgée de 14 ans. Elle a commencé à se montrer violente.

Par la suite, elle a été rejointe par certaines de ses camarades et elles ont saccagé les lieux. La jeune fille de 14 ans a ensuite pris la fuite. Elle a été retrouvée dans la soirée de mercredi et a été placée à l’hôpital Brown-Séquard avec une autre de ses camarades.

Selon Jenita Goodiah, secrétaire de la Probation Officers Union, cet incident n’est que le résultat des nombreuses tracasseries dont ils avaient fait état depuis la proclamation de la Children’s Act. En effet, le manque de personnel pour aider et accompagner les adolescents qui souffrent de problèmes psychologiques se manifeste aujourd’hui.

«Depuis la proclamation de la Children’s Act, les Probation Houses n’accueillent pas uniquement les jeunes ayant des problèmes de comportement. Il y a aussi des adolescents qui souffrent de problèmes psychologiques ou qui ont eu une exposition prénatale aux drogues. Cependant, il n’y a eu aucune disposition pour des suivis psychologiques ou médicaux pour ces adolescentslà. Il n’y a pas eu non plus d’augmentation d’officiers pour aider à gérer ces adolescents», explique Jenita Goodiah.

D’ajouter que ce ne serait pas la première fois que des adolescents se montrent violents dans les Probation Houses pour filles mais aussi pour garçons. Dans les cas de crises, souligne-t-on, les officiers ont eu l’ordre de transporter ces jeunes à l’hôpital psychiatrique. Cependant, Jenita Goodiah fait ressortir que la réalité n’est pas aussi simple car comme il y a un manque de personnel, face à plusieurs adolescents en colère, deux officiers ne peuvent pas aller à l’hôpital directement dans ce moment précis, comme cela a été le cas mardi soir.

Rita Venkatsawmy, Ombudsperson for Children, qui a fait un constat de l’incident hier, affirme que tout serait retourné à la normale. Cependant, elle ajoute comprendre la situation des Probation Officers. «Ce n’est pas facile pour eux car chaque jeune manifeste un trouble de comportement diffèrent.»

La députée du Parti travailliste Stéphanie Anquetil a, pour sa part, déclaré être choquée qu’une mineure a pu se sauver. Selon elle, cet incident est très grave car la mineure, qui est instable, aurait pu se blesser ou blesser quelqu’un d’autre, lors de sa fuite. «Il faut en toute urgence revoir la sécurité de ces endroits et essayer de résoudre une fois pour toutes les problèmes existants des Probation Officers», déclare-t-elle.

Le ministère de la l’Égalité des genres et du Bien-être de la famille est, quant à lui, resté injoignable lors de nos nombreux appels.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x