Expulsé le 26 avril: Peter Uricek fiché à Interpol cinq mois après son arrivée à Maurice

Avec le soutien de
L’expulsion «manu militari» du Slovaque le 26 avril 2022 continue à faire couler beaucoup d’encre.

L’expulsion «manu militari» du Slovaque le 26 avril 2022 continue à faire couler beaucoup d’encre.

Bon nombre de questions restent sans réponse sur l’extradition du Slovaque Peter Uricek. Comment est-il entré à Maurice sans que les autorités ne sachent qu’il y avait un mandat d’arrêt international contre lui au moment où il a foulé le sol mauricien? Pourquoi n’était-il pas fiché dans la base de données d’Interpol ? Il faut d’abord savoir ce que contient cette base de données. Maurice en est membre depuis le 13 octobre 1969 et le bureau local se trouve au Central CID. Son nom complet est l’Organisation internationale de police criminelle, dont 195 pays font partie, pour une collaboration des autorités policières dans la lutte contre la criminalité internationale.

Une source au Passport and Immigration Office (PIO) nous explique comment fonctionne Interpol. «Interpol se met en relation avec les pays membres via un système de communication sécurisé baptisé I-24/7, qui permet des échanges entre les pays signataires et le secrétariat général. Grâce à ce système, les pays accèdent aux bases de données.»S’il y a une enquête dans une affaire de drogue concernant une personne spécifique, la base de données n’affichera pas tout de suite le nom de cette personne, sauf quand elle a été jugée et condamnée. «Dans le cas de Peter Uricek, quand il est arrivé à Maurice en 2019, il n’y avait rien sur lui dans la base de données d’Interpol.»

Comment fonctionne cette base de données ?

Notre source nous éclaire. «Le passeport de tout étranger foulant le sol mauricien est scanné dès qu’il arrive au service de l’immigration à l’aéroport. Les informations de son passeport sont comparées aux données d’Interpol pour savoir s’il est fiché ou pas.»

Était-il éligible à un «occupational permit» ?

Le 14 mars 2019, Peter Uricek demande un occupational permit comme consultant d’Euro Cola Ltd. Le 2 avril 2019, il quitte le pays pour La Réunion et revient le 3 avril avec un business visa de 50 jours. Avant de lui délivrer son permis, l’EDB peut vérifier les informations personnelles d’un demandeur dans trois bases de données, Acquity, Kroll et World Check. «Son nom a été vérifié sur la controversial list du PIO et par vérification manuelle, le 5 avril 2019, avec son nom et son numéro de passeport. Comme il n’était pas fiché et que ses papiers étaient en règle, quand il soumet ses documents originaux au PIO le 19 avril 2019, il obtient un permis de trois ans jusqu’au 18 avril 2022.»

C’est en août 2019 que son nom aurait fait l’objet d’une red notice d’Interpol. Les autorités mauriciennes n’étaient pas au courant car une personne fichée doit voyager après l’émission de la red notice d’Interpol ou quand son permis est renouvelé. «Peter Uricek s’est montré astucieux car il n’a pas voyagé après août 2019 et son permis n’avait pas encore expiré», indique notre source.En mai 2020, une cour criminelle slovaque émet un mandat d’arrêt international contre Peter Uricek. Le bureau de l’Attorney General reçoit une requête le 6 août 2020 de la Slovaquie pour l’arrestation et l’extradition de Peter Uricek, recherché en tant que cerveau d’un important réseau de trafic de drogue dans son pays.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x