Fourniture électrique: soyons au courant

Avec le soutien de

La semaine a été marquée par une importante information, qui peut faire court-circuiter le pays : Terragen Ltd, un important producteur indépendant d’électricité, stoppe sa production. Qu’est-ce que cela signifie ? Et comment est produite notre électricité ? Suis-nous pour un tour d’horizon de notre circuit électrique.

Nos fournisseurs

Il te suffit d’appuyer sur l’interrupteur pour que la magie opère. L’électricité fait tellement partie de notre vie de tous les jours que nous avons tendance à penser qu’elle est naturelle, un peu comme l’air que nous respirons. Mais il n’en est rien. L’électricité est une création humaine. Et à Maurice c’est le Central Electricity Board (CEB) qui la distribue via tout un réseau de câbles et de fils électriques. Mais voilà, plus le pays se développe et devient moderne, plus la demande en électricité augmente. Eh oui ! Autrefois, il n’y avait pas de tram ou encore de voitures fonctionnant à l’électricité. Et la population n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui. De ce fait, le CEB n’est plus le seul organisme à produire de l’électricité à Maurice. Il existe d’autres producteurs, qui sont classés en trois catégories, soit les Independent Power Producers (IPP), les Medium Scale Distributed Generators (MSDG) et les Small Scale Distributed Generators (SSDG). Tu comprendras que les IPP sont les plus importants. Le CEB achète l’électricité que ces derniers produisent. Maurice produit environ 876.76 Megawatts (MW) d’électricité. De ce total, 498.47 MW sont produits par le CEB alors que le nombre de Megawatts restants est fourni par les autres producteurs. C’est te dire qu’ils produisent quand même beaucoup d’électricité par rapport aux besoins du pays.

Comment est-elle fabriquée ?

L’électricité à Maurice est principalement fabriquée à partir de l’énergie fossile, c’est-à-dire des combustibles naturellement présents dans le sous-sol de la terre comme le pétrole ou encore le charbon. Les autres sources d’énergies utilisées dans l’île sont la bagasse, l’eau, le vent et le soleil. Si le vent et le soleil sont des énergies naturelles, elles ne sont pas encore bien exploitées.

Que se passe-t-il avec Terragen Ltd ? 

La compagnie Terragen fait partie des IPP. Pendant la saison de coupe de la canne à sucre, elle produit de l’électricité à partir de la bagasse dans sa station de Belle-Vue, située dans le Nord du pays, le reste du temps, comme c’est le cas actuellement, elle la produit à partir du charbon. Terragen Ltd fournissait 71 MW d’électricité au CEB, soit 17 % des besoins du pays. C’est dans un communiqué, daté du 29 avril, que le CEB a fait savoir à ses abonnés que Terragen a décidé de suspendre sa production d’électricité. Terragen Ltd explique, de son côté, dans un autre communiqué adressé à l’express, qu’elle se trouve dans «une situation inédite». La compagnie souligne qu’à cause de la guerre, qui a toujours cours en Ukraine, le prix du charbon a drastiquement augmenté et que par conséquent, «Terragen se trouve dans la situation de vendre son électricité au CEB à un tarif inférieur à son coût de production. Le paradoxe : plutôt que d’être payée pour produire de l’électricité, Terragen paie pour la produire.» Une situation qui ne pouvait durer, selon cette compagnie, d’où le choix d’arrêter sa production d’électricité.

Les conséquences 

Les conséquences risquent d’être dramatiques pour le pays. Tu t’imagines vivre sans électricité ? Pour essayer de faire face à cet arrêt de production et au manque d’électricité, qui pourrait en résulter, le CEB s’est tourné vers les autres producteurs d’électricité, dont la compagnie Omnicane Ltd, pour qu’ils augmentent leur production. Mais ce n’est pas évident car l’une des centrales thermiques d’Omnicane, soit celle de Savannah, doit subir une maintenance et donc, être mise à l’arrêt. Pour l’instant, Omnicane a accepté de retarder la maintenance pour continuer à fournir de l’électricité. De plus, un des moteurs de Fort-George, qui est une centrale thermique du CEB, serait mal en point et nécessiterait des réparations. C’est te dire que tout cela engendre une situation à haute tension. Le CEB se retrouve obligé de gérer, avec minutie, sa distribution d’électricité. Et il n’est pas à écarter qu’une baisse dans la puissance d’électricité distribuée aux consommateurs soit notée. Le CEB n’a pas envisagé d’un très bon oeil l’arrêt de la production par Terragen et vu l’impossibilité pour les deux parties de tomber en accord, une affaire a été logée en cour. C’est la cour qui tranchera.

Un brin d’histoire 

En 1881, l’électricité était déjà disponible à Maurice, soit avant même que Londres, la capitale anglaise, ne soit éclairée à l’électricité. Curepipe a été la première ville à être électrifiée, suivie de Port-Louis, et notamment le théâtre en 1884 et l’hôpital civil, l’année suivante. À Curepipe, ce sont les frères Adrien et Louis Mallac, qui ont mis en place une petite station électrique. En 1889, la Cour suprême a autorisé Amode Ibrahim Atchia, plus connu comme le Major Atchia, et ses frères Hossen Ibrahim et Suleyman Ibrahim, à construire un barrage sur la rivière Réduit afin de produire de l’électricité. C’est ainsi qu’est née la Réduit Hydro Electric Power Station, qui est entrée en opération en 1901 et a alimenté en électricité les maisons des habitants de Beau-Bassin, Rose-Hill, Quatre-Bornes et Moka. Ce n’est qu’en 1952 que le CEB a été mis en place. À ce jour, le CEB possède quatre centrales thermiques et dix centrales hydroélectriques.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x