Manif contre la vie chère: une nuit enflammée

Avec le soutien de

Camp-Levieux a connu une nuit encore plus agitée, hier vendredi 22 avril. Vers 19 heures, un groupe d’individus s’est mis à lancer des projectiles en direction du poste de police de la localité. Plusieurs bouteilles soupçonnées d’être du cocktail molotov ont été lancées sur le bâtiment. La Special Supporting Unit (SSU) a été appelée en renfort et ses éléments ont formé un bouclier humain pour protéger le poste de police. Les projectiles ont été sécurisés par les éléments du Scene of Crime Office (SOCO) afin d’être examinés. Mais l’arrivée de la SSU n’a pas découragé les manifestants. L’unité spéciale de la police a alors fait usage de gaz lacrymogène. 

«Largue Darren», ont scandé les manifestants tout en lançant des pierres et canettes de bières. Plusieurs unités de la Western Division ont été mobilisées ainsi que des hauts gradés. Tous les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) Western sont venus prêter main forte face à la colère des manifestants. Des éléments de la Special Mobile Force ont aussi été sollicités. Des véhicules blindés ainsi que des barrages ont été placés dans des coins stratégiques du quartier alors que des groupes de manifestants sont rassemblés un peu partout. On pouvait voir des feux à pratiquement toutes les croisées. Les policiers dans les blindés semblaient bien tendus parés à toute éventualité. 

Pendant ce temps, à Trou-d’Eau-Douce, des individus ont aussi mis le feu à des pneus, barrant une route. Plusieurs unités de l’Eastern Division ont été mobilisées. À l’heure ou nous mettions sous presse, les agents des forces de l’ordre essayaient de faire une médiation avec les membres du public.

À Trou-d’Eau-Douce, des individus ont mis le feu à des pneus barrant une route.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x