Manif contre la vie chère: de l’arrestation au chaos aux Casernes centrales

Avec le soutien de

Nul ne présageait ce qui allait se passer, hier vendredi 22 avril. 23 h 15 devant les Casernes centrales, à Port-Louis. Une foule de plus de 200 personnes y est massée pour demander la libération de Darren L’activiste, arrêté plus tôt, à Camp-Levieux. La police, estimant que la situation n’est plus sous contrôle, fait usage de gaz lacrymogène afin de disperser la foule. Cette fumée qui pique les yeux nous ramènera face à la réalité. 

Plus tôt, vers 15 heures, Darren L’activiste, l’homme qui a été à l’origine du début de ces événements, s’est rendu au poste de police de Camp-Levieux pour déposer une Precautionary Measure, pour dire qu’il n’est pas à l’origine de la mobilisation, mais ce faisant, il se sera jeté dans la gueule du loup. Il sera embarqué et maîtrisé violemment par la police pour être emmené au poste de police de Rose-Hill puis aux Casernes centrales. Les charges retenues contre l’activiste : participation à deux manifestations illégales tenues le 20 avril et utilisation de son compte Facebook, la veille, pour poster un message haineux. 

Akil Bissessur, son homme de loi, parle de brutalité policière et la vidéo montrant Dominique Seedeeal brutalisé par un policier devient virale depuis. Tant que plusieurs personnes vont se mobiliser devant les Casernes centrales pour demander qu’on le libère. La foule grandit à vue d’oeil jusqu’à fort tard. Jusqu’à ce que vers 23 heures, la police décide d’user de gaz lacrymogène pour disperser les personnes rassemblées, tandis que les manifestants ripostent en lançant des projectiles.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x