La semaine décryptée

Avec le soutien de

Lundi 17 janvier 2022

Ces Pakistanais... insaisissables

Neuf Pakistanais, dont un adolescent de 15 ans, ont rendu dingues toutes les forces de sécurité de cette moyenne puissance à haut revenu appelée République de Maurice. C’est ce qu’on comprend après la lecture d’un article publié dans l’express du lundi 17 janvier.

En effet, plusieurs jours après l’arraisonnement d’un petit bateau de pêche dans les environs d’Agalega par le patrouilleur mauricien Barracuda, on s’interrogeait toujours sur la nationalité réelle de ces étrangers. Les autorités mauriciennes ont compris qu’il s’agissait d’Iraniens bien qu’ils s’exprimaient en ourdou et étaient détenteurs de documents pakistanais. A-t-on lu trop de romans d’espionnage pour soupçonner les Iraniens d’avoir donné de fausses pièces d’identité pakistanaises à leurs agents secrets ?

L’incompétence des services mauriciens à cerner l’identité de ces personnes vient se greffer sur le fait que ces personnes ont été interpellées dans les parages d’Agaléga. Le fait que l’Inde aménage une piste aérienne sur cette île mauricienne rend encore plus excitant le côté roman d’espionnage de l’affaire.

Au fait, il pourrait s’agir d’une simple tentative de livraison de drogue dans les eaux territoriales de Maurice qui aurait mal tourné avec l’intervention du Barracuda. Des forces occultes s’affaireraient actuellement à tout étouffer en faisant croire qu’il serait aussi difficile de communiquer avec des Pakistanais qu’avec des Martiens…

Mardi 18 janvier 2022

Sudan, here we come…

En une de l’express du 18 janvier, une collision entre deux avions d’Air Mauritius évitée de justesse pas à l’aéroport de Plaisance mais dans le ciel du Soudan.

Parfois des appareils de la même compagnie se frôlent à leur aéroport de base à la suite de fausses manœuvres du personnel au sol. Mais deux avions portant les mêmes couleurs sur le point de se percuter dans le ciel des milliers de kilomètres plus loin, cela pourrait constituer un record mondial. Des équipements électroniques hautement perfectionnés ont heureusement contribué à empêcher cette collision. On peut imaginer le tort que cela aurait causé à la réputation de la compagnie aérienne et à Maurice même si une telle catastrophe s’était produite.

Air Mauritius n’est qu’à ses débuts sous le règne spécial de Ken Arian, le super-protégé du Premier ministre. Puisque la population mauricienne est constituée d’un grand nombre de croyants, une petite prière chaque jour pour la bonne santé d’Air Mauritius et l’intégrité de ses appareils ne serait pas de trop.

Mercredi 19 janvier 2022

Generosity, thy name is SBM

Pour qu’un petit planteur obtienne un prêt bancaire en vue de refaire sa plantation de pomme d’amour dévastée par des pluies diluviennes ou un jeune couple voulant acheter un modeste appartement, que de tracasseries administratives avec soumission de preuves écrites. Cependant, aucune tracasserie pour un client totalement méconnu du monde des affaires mais qui dirige une compagnie au nom ronflant de Renish Petroleum. C’est qu’indique un article publié dans l’express du mercredi 19 janvier 2022.

Cette compagnie n’exploite pas des nappes de pétrole mais elle s’est arrangée, sans doute avec des complicités internes, pour commettre un hold-up légal sur des ressources de la State Bank de Maurice. Cette compagnie dirigée par l’Indien Hitesh Mehta a volé 21 190 819 USD, soit quelque Rs 932 millions des coffres de la SBM alors dirigée par un certain Raj Dussoye.

Il s’est passé des choses bien étranges autour de ces prêts. Ainsi, la SBM a mis hors de cause un partenaire de Renish Petroleum, appelé Prime Energy, qui a aussi bénéficié du prêt. Ensuite on a permis à Raj Dussoye de quitter Maurice et il se trouve actuellement à Djibouti d’où il ne pourrait être extradé. Question de solidarité inébranlable entre frères locaux et étrangers venus avec des fonds.

On ne comprend pas non plus comment le board qui a pris la décision d’octroyer ce prêt n’a nullement été inquiété. La SBM a intenté des poursuites contre les Indiens auteurs du hold-up légal. Mais Mehta a disparu de la circulation. Se la coulant douce à Djibouti bien que n’étant pas aussi initié que Dussoye ?

Il y a eu quand même, outre les Indiens, d’autres personnes qui ont profité de ce hold-up. Il s’agit des avocats engagés dans le procès contre Mehta. Ces avocats ont tapé plus de Rs 20 millions des comptes de la SBM. Qui dit que cette institution pourrait être battue par ses concurrents sur le plan de la générosité ?

Jeudi 20 janvier 2022

Le «dibwa pwint» de Joe

Un trou dans un énorme conduit d’eau de la CWA bouché avec un bout de bois. Une photo de cet acte de débrouillardise mauricienne est publiée dans l’express du jeudi 20 janvier.

Les mouvements écologistes de Maurice seraient bien inspirés d’adopter cette partie du tuyau avec dibwa pwint et de même y placer une plaque en granite pour célébrer la victoire de la nature sur les produits manufacturés.

La région de Wolmar à Flic-en-Flac abrite des hôtels haut de gamme dont le Hilton et le Maradiva. Leurs responsables pourraient bien offrir un nouveau service à leurs clients huppés, c’est-à-dire un bain au soleil sous le jet d’eau de ce tuyau quand la pression aurait fait sauter le bouchon en bois. Ces touristes ne manqueront pas de remercier le ministre des Eaux, Joe Lesjongard, pour leur avoir réservé un tel traitement.

Vendredi 21 janvier 2022

Enter the Master & Registrar…

Un spectacle politico-juridique sans précédent attend les Mauriciens dans les jours à venir quand la Master & Registrar par intérim, Wendy Rangan, conduira le recount des bulletins de vote de la circonscription no 19 (Stanley/Rose-Hill).

Les derniers recounts remontent à plusieurs décennies et à cette époque, les mœurs politiques étaient totalement différentes de celles d’aujourd’hui. Les outils de communication sont aujourd’hui bien plus développés et efficaces que dans le passé. La capacité d’assurer un reportage en temps réel à l’intention des Mauriciens mais aussi des membres de la diaspora à l’étranger donneraient à ce recount des répercussions inégalées.

Il est techniquement possible qu’Ivan Collendavelloo conserve son siège, avec un écart soit accru, soit réduit sur Jenny Adebiro. Mais si le grand leader perd, ce sera le commencement de la fin de tout un phénomène dominant Maurice depuis fin 2014.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x