CAN: Imtehaz Heeralall, notre ADN Rouz Ble Zonn Ver à la CAN

Avec le soutien de
Imtehaz Heeralall côtoie des stars du foot mondial sur le terrain, mais qu’il doit considérer comme des gens ordinaires, dit-il, et il n’a pas le droit de se faire photographier à leurs côtés.

Est-ce normal de s’enflammer pour un arbitre de la même nationalité que nous quand on n’a pas d’équipe à suivre dans une grande compétition sportive ? Question piège évidemment… «Quand les autres pays supportent l’équipe A ou B, nous à Maurice on doit supporter l’arbitre ? It’s a joke !» Ce type de commentaires sur les réseaux sociaux témoigne d’un drôle de dilemme chez les supporters mauriciens en effet. 

Le public mauricien est mordu de sport et a envie de s’identifier aux grands rendez-vous mondiaux comme lorsqu’un Vikash Dhorasoo participe à la Coupe du monde de foot en 2006, même s’il tourne un film du banc de touche, ou lorsqu’un Enzo Couacaud se frotte aux meilleurs à Roland Garros. C’est l’identité Rouz Ble ZonnVer. 

Hélas, concernant la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) qui se déroule en ce moment au Cameroun, aucune trace d’ADN mauricien au sein des équipes engagées… D’ailleurs, la seule et unique fois où Maurice a participé à cette formidable fête continentale du ballon rond remonte à 1974, sous feu Mamade Elahee. Il y a 48 piges ! 

C’est dire dans quel état de délabrement est notre football aujourd’hui et vu le système de qualification actuelle, ce n’est pas demain la veille qu’on y retournera puisqu’il faudra toujours éliminer des cadors du continent après d’interminables tours préliminaires (destinés aux ‘petits’ pays qui gigotent aux tréfonds du classement FIFA comme le nôtre). 

Or, même si le Mauricien en général est toujours plus enclin à s’identifier à l’Angleterre et sa richissime Premier League ou à la France (parce qu’elle est championne du monde de foot pardi) qu’à l’Afrique, il ne voulait pas passer à côté de cette CAN non plus. S’il a pu se consoler en encourageant les ‘cousins’ de l’océan Indien, les Comores, qui ont eu le culot de bouter les mythiques Black Stars du Ghana hors du tournoi, il a enfin pu S’IDENTIFIER à quelque chose de précis. 

Bingo, c’est là qu’intervient notre Imtehaz Heeralall national. Un arbitre PROFESSIONNEL. Un homme en noir qui en impose. Sifflet en main, il est charismatique. Face à Ryad Mahrez et les autres champions d’Afrique algériens ou autre, il sait se faire respecter. Et cerise sur le gâteau… il est Mauricien ! 

«Mo la pou faire honneur a nous ti l’Île Maurice»

Si le grand public ne connaissait pas notre compatriote avant cette CAN, cet habitant de Chemin-Grenier de 39 ans a rapidement crevé l’écran en 10 jours, devenant le chouchou du public mauricien au fil de ses apparitions, réussies, pendant le tournoi. Arbitre central pour Algérie-Sierra Leone (le 11 janvier) et Burkina Faso-Ethiopie (le 17 janvier), il a également officié comme 4e arbitre pour Mauritanie-Gambie (12 janvier) et Guinée Bissau-Egypte (15 janvier). Une véritable telenovela Rouz Ble Zonn Ver. 

Samedi dernier, on a ainsi appris que la MBC a finalement obtenu les droits pour diffuser la CAN après d’âpres négociations, révèle notre confrère Sunil Oodunt, et que l’un des critères de la station nationale pour choisir ses matches serait de donner en priorité ceux impliquant l’arbitre mauricien. 

Sur les réseaux sociaux, Heeralall s’est exprimé dans une vidéo sur la page de la Mauritius Football Association, après le match de l’Egypte où il a parlé de Mohamed Salah, la star de Liverpool, glissant une petite pique amicale au passage aux fans de Manchester United… 

Lékip a également contacté l’arbitre mauricien, qui marche sur les traces de ses glorieux prédécesseurs Alain Lim Kee Chong et Rajindraparsad Seechurn, entre autres, pour lui demander comment il vivait cette CAN de l’intérieur. 

«A Douala, où je loge actuellement, il y a une forte chaleur. Le match Guinée Bissau-Egypte s’est très bien passé, les joueurs étaient bien à l’écoute, bien disciplinés», nous dit-il. On lui demande alors s’il a fait un selfie avec Mohamed Salah. «Non, on n’a pas le droit de faire des photos avec des stars», coupe-t-il. 

«C’est vrai qu’on a eu l’occasion de côtoyer Salah, Mané et même Mahrez ici. Mais nous prend zot ordinaire, couma tou zouere. Pou moi perna aucaine star, aucaine grand zouere. Si nou guet bien, nous meme nous bane grand l’abitre ici. Bane l’arbitre aussi bane stars de la CAN. L’essentiel c’est qui nous faire nou match. Peu importe qui sera le vainqueur, peu importe qui sera le perdant. Moi mo la pou faire honneur a nous ti l’île Maurice en tant qui patriote», conclut notre représentant qui, décidément, nous rend plus fiers à chacune de ses interventions.

Article paru dans Lékip du 21 janvier 2022.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x