Nouveau scandale: le pétrolier «Seychelles Pride» de l’État vendu dans le dos du gouvernement ?

Avec le soutien de
Le «Seychelles Pride» naviguerait actuellement sous pavillon comorien, à en croire «Marine Traffic», site de suivi en direct du trafic maritime.

Le «Seychelles Pride» naviguerait actuellement sous pavillon comorien, à en croire «Marine Traffic», site de suivi en direct du trafic maritime.

Vendre un bien de l’État sans que le principal actionnaire, le gouvernement, n’en soit informé. C’est ce qui semble s’être passé aux Seychelles, en ce début d’année, avec la vente d’un pétrolier de Seychelles Petroleum Company Ltd (SEYPEC).

Alors que l’archipel voisin est déjà secoué par le scandale de corruption présumée de 50 millions de dollars impliquant des personnalités publiques, du monde des affaires et de l’armée seychelloise, voilà que le ministère des Finances, de la planification économique et du commerce a ordonné, dans un communiqué mardi, l’ouverture d’une enquête sur la vente du pétrolier Seychelles Pride conclue le 12 janvier.

Le ministre seychellois des Finances, Naadir Hassan, précise que le gouvernement, en tant que principal actionnaire de l’entreprise publique, SEYPEC, qui d’ailleurs tombe sous la tutelle des Finances, n’a pas été informé de cette vente. Le ministre a mandaté la Commission de surveillance des entreprises publiques pour mener l’enquête, conformément à la section 42(a) de la loi sur la Commission de surveillance des entreprises publiques de 2013, qui stipule : «Le ministre responsable peut, à tout moment, ordonner une enquête sur les affaires d’une entreprise publique si le ministre responsable le juge nécessaire.» Ce qui étonne également c’est que l’enquête sera menée en collaboration avec le conseil d’administration de la SEYPEC.

En attendant la conclusion de l’enquête, le PDG de la SEYPEC, Conrad Benoiton, a été suspendu. L’actuelle directrice générale commerciale de la société, Sarah Romain, a été nommée directrice générale par intérim sur recommandation du conseil d’administration. Pour le moment, c’est le flou total du côté des autorités en ce qui concerne le nouvel acquéreur du pétrolier et le montant de la transaction.

Toutefois, à hier, le système d’identification automatique de l’application Marine Traffic signalait le pétrolier, désormais appelé Elles Pride et naviguant sous le pavillon des Comores, en Méditerranée orientale. Le navire parti de Constanta en Roumanie le 1er janvier naviguait alors en direction du sud-est.

La SEYPEC possédait jusqu’ici un total de six pétroliers à double coque de construction allemande et qui opèrent dans le monde entier, ainsi qu’un plus petit tanker de produits pétroliers et de LPG qui opère dans la région. Le Seychelles Pride a été construit en juin 2002.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x