Covid-19: quel délai entre une infection et un vaccin ?

Avec le soutien de

Les nouveaux délais pour la vaccination après une infection au Covid-19 seront communiqués cette semaine. Cette décision sera prise pour permettre aux milliers de personnes, qui ont été positives mais ne l’ont pas signalé aux autorités, de se conformer au nouveau règlement définissant le statut de fully vaccinated, qui sera en vigueur le 19 février.

À ce jour, le délai pour avoir n’importe quelle dose d’un vaccin contre le Covid-19 après une infection est de quatre mois. «Pour le système immunitaire, une infection équivaut à une dose de vaccin», explique le Dr Shameem Jaumdally, virologue. Si une personne avec une première dose a été infectée et le délai n’est pas passé, un certificat médical attestant de son infection précédente et donc, l’impossibilité d’avoir un vaccin, lui sera remis et elle devra le présenter pour avoir accès aux lieux. À partir du 19 février, date à laquelle le statut change, passant de deux doses à trois, une personne avec deux doses sera considérée comme fully vaccinated si elle est infectée après et avec son certificat médical, elle pourra avoir accès aux lieux publics dans le nouveau délai, qui sera décidé cette semaine.

Un mois évoqué

Mais ce système comporte un problème majeur : des milliers de Mauriciens ont été infectés et ne l’ont pas signalé aux autorités. Sans le certificat médical attestant de leur infection, le pass vaccinal avec trois doses sera obligatoire. C’est la raison pour laquelle, explique une source au ministère de la Santé, que cette décision a été prise. Si aucune date n’a encore été arrêtée, il nous revient que ce délai entre l’infection et la vaccination passera de quatre à un mois après la disparition des symptômes.

Comment cela se passe ailleurs ? En Afrique du Sud, ce délai est d’un mois alors qu’en France, la personne peut se faire vacciner dans un délai de deux à six mois. «Il faut absolument une période d’attente car le Covid est une infection systémique, c’est-à-dire, qu’il peut causer l’inflammation de plusieurs autres organes», explique le virologue. Si le vaccin est administré trop tôt, les effets secondaires courants peuvent être plus sévères.

De plus, le Dr Jaumdally avance qu’une personne infectée a un niveau d’anticorps élevé jusqu’à trois mois après une infection. «Au début de la pandémie, il fallait protéger les personnes qui n’avaient pas d’anticorps avant tout, d’où l’instauration de ce délai», rappelle-t-il.

Pour en revenir à la décision des autorités, le Dr Jaumdally avance que la vaccination avant quatre mois n’est ni dangereuse pour la santé ni pour le système immunitaire, à condition d’attendre que l’infection ait totalement disparu. «S’il faut le faire avant quatre mois pour être en conformité avec les décisions administratives, au niveau du fonctionnement du corps, cela ne change pas grand-chose.»

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x