Casinos de Maurice | Privatisation: ce ne serait plus qu’une question de semaines

Avec le soutien de

Cela fait des années que le sujet est sur le tapis. Mais d’ici quelques semaines, la privatisation des casinos de Maurice sera une réalité. Si en 2018, le gouvernement n’envisageait pas cette option, aujourd’hui la donne a changé. Un cadre de la State Investment Corporation (SIC) confie qu’«un transaction adviser sera même embauché ce mois-ci. Il devra trouver un acheteur pour les quatre casinos opérationnels et les deux dormants.» En effet, la State Investment Corporation Management Services Company Ltd, entité de la SIC, dispose des casinos suivant : Grand Casino Du Domaine Ltée, Caudan Waterfront Casino Ltd, Casino de Maurice Ltée, Grand Baie Casino Ltd, Sun Casinos Ltd et Beach Casinos Ltd. Les deux derniers sont actuellement fermés.

«Le Premier ministre et ministre des Finances à l’époque, avait demandé l’élaboration d’un constat sur les assets pouvant être disclosed. Les casinos figurent parmi les disposal of non strategic assets.»

Les comptes subissent donc une mise à jour pour la bonne marche de l’opération. Quid de l’avenir des employés ? Pour ce cadre de la SIC, il ne fait aucun doute qu’un remaniement aura lieu. «Auparavant le Premier ministre disait, concernant cette privatisation, qu’aucun employé ne serait licencié. Mais il n’y avait pas le Covid-19 à cette époque.» Il soutient que les casinos n’ont pas opéré pendant plus de six mois l’année dernière. «Mais les travailleurs ont été payés et ont même obtenu leur boni de fin d’année. Toutefois nous devons être réalistes, l’argent déboursé pour les rémunérer provient des tax-payers.»

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x