Consommation: le prix de plusieurs denrées en hausse

Avec le soutien de
Il est recommandé aux consommateurs de bien regarder les prix et de veiller à leur affichage.

Il est recommandé aux consommateurs de bien regarder les prix et de veiller à leur affichage.

Les ménages déjà fragilisés par la crise n’ont pas de répit. Les prix ne cessent d’augmenter. Malgré le paiement du boni de fin d’année et des salaires pour décembre, le mois de janvier est long avant de toucher la prochaine paye. Car une bonne partie de l’argent perçu en décembre, versé plus tôt, est dépensé pour les fêtes de fin d’année, rappelle Jayen Chellum, le secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM).

Cette fois, la situation s’avère plus difficile, car le prix des produits importés et même locaux connaît encore une augmentation, comme indiqué dans le tableau plus bas. Le prix des céréales a aussi grimpé de 13 % à 17 %. Les produits contenant du sucre tels que boissons gazeuses, jus concentrés sont aussi concernés, entre autres produits.

Suttyhudeo Tengur, président de l’Association pour la protection de l’environnement et des consommateurs (APEC), fait valoir que «les consommateurs ne s’attendaient pas à une nouvelle augmentation aussi subite de décembre 2021 à janvier 2022. C’est un choc pour le panier de la ménagère (…) Déjà que 75 % des consommateurs ont fini de dépenser leur argent reçu en décembre.» Jayen Chellum abonde dans le même sens. «Les consommateurs au bas de l’échelle et ceux de la classe moyenne trouveront le mois de janvier encore plus difficile.»

Le président de l’APEC explique que ce sont les marchandises achetées en novembre qui sont concernées. D’autres produits connaîtront éventuellement une hausse de prix, à l’instar du riz basmati. Le prix augmentera de 40 %. Car hormis l’augmentation du coût des matières premières et l’appréciation du dollar, Afzal Delbar, président de la Customs House Brokers’ Association, avance qu’au sujet du fret, celui-ci a connu une légère augmentation ce mois-ci.

«En décembre, nous avons été informés que le fret connaîtrait une hausse en janvier, de 50 à 150 USD. Il y aura encore des augmentations. Pas de baisse en vue. Et ces augmentations auront un impact sur le portefeuille des consommateurs.» Sans compter la hausse du prix des carburants qui se reflétera sur les prix. Pour rappel, la subvention du gouvernement sur 243 marques de produits de grande consommation a été étendue jusqu’à juin 2022. Un importateur de produits figurant sur cette liste, des grains secs, nous confie que ces denrées ont connu une hausse de 25 % à 30 %. Le prix étant fixé, la situation est difficile pour l’importateur aussi. Du coup, le volume d’importation est moindre.

Par ailleurs, Jayen Chellum, est d’avis que «le gouvernement ne doit pas introduire des mesures pour faire monter l’inflation comme imposer une taxe sur le sucre… Il a aussi le rôle fondamental de veiller à ce qu’il n’y ait pas d’augmentations injustes et que les prix soient affichés». Dans ce contexte difficile, le secrétaire général de l’ACIM conseille aux consommateurs de considérer les différents prix de vente d’un même produit et de veiller à l’affichage lors des achats.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x