À partir du 15 janvier: le statut de «fully vaccinated» aux personnes ayant reçu la «booster dose»

Avec le soutien de
Le centre de vaccination au Plaza était bondé hier matin, mais la file devait se réduire à mesure que la journée avançait. © Doreck Clair

Le centre de vaccination au Plaza était bondé hier matin, mais la file devait se réduire à mesure que la journée avançait. © Doreck Clair

Le statut de «fully vaccinated» changera. Alors que jusqu’à présent, il est applicable aux personnes ayant eu deux doses, dès ce week-end, soit à partir du samedi 15 janvier, ce seront les personnes qui ont aussi eu la booster dose qui jouiront de ce statut. Dès cette annonce, la confusion a commencé. Que se passe-t-il pour ceux ayant deux doses et dont la date n’est pas encore arrivée pour la troisième ? Réponses… 

Une personne avec un schéma vaccinal complet doit attendre au moins quatre mois après la deuxième dose, ou après la dose unique de Johnson, pour être éligible au booster. Mais une bonne partie de la population a reçu la deuxième dose, ou la seule dose de Johnson & Johnson, il y a moins de quatre mois. Sollicitée, une source au ministère de la Santé confirme qu’ils seront toujours considérés comme «fully vaccinated» jusqu’à leur date butoir. «Si une personne a reçu la deuxième dose ou son vaccin Johnson entre quatre et six mois, il aura accès aux endroits» mentionnés dans les règlements, explique notre interlocuteur. Ce n’est qu’après ce laps de temps que la réglementation de la booster dose leur sera applicable. Le même principe s’applique aux élèves des collèges qui ont été vaccinés au Pfizer. Comme la campagne avait débuté le 28 septembre pour la première dose, tous sont toujours dans la fenêtre de quatre à six mois après la deuxième dose et de ce fait, le booster n’est pas encore obligatoire. Quant aux personnes qui n’ont qu’une dose de vaccin nécessitant deux doses pour être complet (le vaccin Johnson ne nécessite qu’une dose pour avoir le statut de vacciné), ils sont considérés comme «partially vaccinated» et devront attendre la deuxième dose pour pouvoir accéder aux endroits comme les restaurants, les salles de cinéma, les salons de beauté ou les institutions éducatives entre autres. 

Date butoir 

Cependant, à mardi, soit à trois jours de la date d’entrée en vigueur de cet amendement à la Consolidated Quarantine Act, le pays comptait 915 442 personnes avec un schéma vaccinal complet et 218 516 personnes ayant reçu leur booster dose. Même en enlevant ceux qui sont toujours dans la fenêtre des quatre à six mois réglementaires, le chiffre de personnes nécessitant la booster dose pour ne serait-ce qu’accéder à leur lieu de travail reste élevé. En même temps, les files d’attente devant les centres de vaccination ne diminuent pas. Selon plusieurs personnes qui ont fait le déplacement ces derniers jours et ont attendu des heures sous la pluie, les files d’attente commencent très tôt et dans plusieurs centres, le quota est atteint avant 11 heures. «Ce n’est pas logique de mettre ce deadline juste après les fêtes de fin d’année. La pa koné komie zour pou bizin vini avan resi gagn enn vaksin», se lamente une dame qui est rentrée chez elle après avoir attendu toute la matinée au Plaza. 

Comme elle, plusieurs personnes commencent à se poser des questions à l’approche de la date butoir. Comment compte faire le ministère pour s’assurer que tous ceux qui souhaitent une troisième inoculation soient injectés avant samedi ? «Déjà, il y a un plan pour que la vaccination se fasse ailleurs, comme dans les écoles et campus, comme cela a été le cas. Cela permettra au personnel et étudiants concernés de se faire vacciner», explique une source à la Santé. De plus, explique une autre source, la vaccination peut aussi se faire dans les cliniques. «D’autres décisions seront prises par rapport à l’évolution de la situation», laisse-t-on entendre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x