Éducation: plusieurs organisations réclament la réouverture des écoles

Avec le soutien de

Des membres de la Société des professionnels en psychologie et du Kolektif Drwa Zanfan Morisien (KDZM), des orthophonistes, parents et enseignants ont adressé mardi, dans un communiqué, une requête au gouvernement pour la réouverture des écoles au début de février. Déjà, au mois de décembre, ils avaient demandé au gouvernement de reconsidérer sa décision de garder les écoles fermées. Dans ce communiqué émis mardi, le groupe explique qu’il est «inquiet» de l’impact de la fermeture des écoles sur la santé mentale des enfants, sur celle de parents et de membres du corps enseignant.

Il souligne que si cette décision avait été au départ prise pour protéger la santé physique des enfants, ses conséquences sont importantes sur les plans psychologique, social et du développement de ces derniers. Dans le communiqué, les membres dressent par ailleurs une liste des conséquences. Ainsi à Maurice, une hausse du stress, de la dépression, un accroissement du risque de suicides ainsi qu’une baisse de motivation, des difficultés de concentration et des retards de développement chez l’enfant, ont été observés.

Citant le projet de service d’écoute d’Action for Integral Human Development en milieu scolaire, le groupe fait ressortir que l’état de santé mentale de plusieurs élèves de 16 collèges catholiques interpelle. Selon les chiffres obtenus dans le cadre de ce projet, l’état dépressif des élèves aurait augmenté en 2021, passant de 18 % de janvier à juin et de 16 % de juillet à novembre, par rapport à 8 % au premier trimestre de 2020 et 12 % au deuxième trimestre de 2020.

Décrochage

De plus, avec la fermeture des écoles, plusieurs enfants seraient laissés sans surveillance à domicile, une situation qui pourrait occasionner violences et accidents domestiques. Le communiqué fait aussi ressortir que 42 enfants de Lower Six sur 110 ne suivraient plus les cours en ligne, ce qui signifie qu’ils sont en décrochage scolaire. De plus, la surexposition des enfants aux écrans entraîne un retard dans le langage, un manque d’autonomie et des difficultés d’attention et de concentration, entre autres.

Les conséquences de la fermeture des écoles se font également ressentir chez les parents et le corps enseignant. Ainsi, il est difficile pour ces derniers d’assumer à la fois leur emploi et de s’occuper des besoins de leurs enfants. Plusieurs expriment l’inquiétude qu’ils ressentent quand leurs enfants ont besoin d’interaction ou de voir leurs camarades de classe. Citant un communiqué de l’Unicef de septembre 2021, le groupe met en avant le fait suivant : «L’expérience montre que les écoles ne sont pas un des principaux facteurs de transmission du Covid-19, et qu’il est possible de les maintenir ouvertes. L’Unicef appelle donc les gouvernements, les autorités locales et les administrations scolaires à rouvrir les écoles dès que possible en prenant toutes les mesures qui s’imposent pour enrayer la transmission du virus dans les établissements scolaires.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x