Élections régionales: la machine se met en marche

Avec le soutien de
Une nouvelle Assemblée régionale sera constituée le 13 février, après la tenue des élections. © Doreck Clair

Une nouvelle Assemblée régionale sera constituée le 13 février, après la tenue des élections. © Doreck Clair

C’est le 13 février prochain que les Rodriguais seront appelés aux urnes pour élire les membres de leur nouvelle Assemblée régionale. Et, avec la conjoncture actuelle où le Covid-19 rôde, les partis seront appelés à trouver une méthode pour faire passer leurs messages sans que les rassemblements ne puissent se tenir. 

Nicolas Von Mally, le leader du Mouvement Rodriguais (MR), misera sur la communication à travers les réseaux sociaux. «On a déjà commencé. On a expliqué notre programme électoral, secteur par secteur. On donne le temps aux électeurs de bien connaître notre programme. Il faut savoir ce que l’on veut pour le pays, et non critiquer sans rien proposer pour le pays.» 

Avec le Covid-19, l’heure est de se remettre aussi en question. «On doit voir les choses avec un nouvel oeil. Le Covid a chamboulé pas mal de choses. En tout cas, au niveau du MR, on va proposer des candidats jeunes et moins jeunes.» Nicolas Von Mally dit toutefois craindre l’abstention. «Le public a vu les politiciens qui ne pensent qu’à eux que ce soit du côté du gouvernement ou de l’opposition. Donc, j’espère qu’il va voter pour l’équipe qui a les mains propres. Et c’est la raison pour laquelle, depuis deux ans, je mets en place cette équipe.» 

De son côté, Franceau Grandcourt de l’Union du Peuple de Rodrigues (UPR), se dit prêt pour ces élections. «La machinerie est déjà en place. On fait le fine tuning. On était déjà sur le terrain. Et, lors de notre dernière conférence de presse, nous avions demandé les élections, pour rendre le pouvoir au peuple.» Pour lui, face au Covid-19 et à ses restrictions, l’on pourra se passer des grands rassemblements. «Si l’on ne peut se rassembler pour des raisons sanitaires, on fera avec. On a compris qu’il n’y aura ni de meeting ni de rassemblement. Il y a d’autres moyens de faire passer le message, pour le bienêtre du peuple rodriguais.» 

Quant à Johnson Roussety, du Front patriotique de Rodrigues écologique (FPRe), il compte rentrer au pays le 14 janvier. Celui qui se trouve en Australie où il poursuit ses études, a déclaré dans un bref message sur sa page Facebook : «Croyez en moi. Comme en 2006 nous pouvons gagner. Restons unis, serrons les rangs, avançons comme un seul homme.» 

Au niveau de l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR), pour l’heure, tout semble sous contrôle. Même si la grande question qui se pose est de savoir si le chef commissaire, Serge Clair, va briguer un nouveau mandat, alors que lors de la campagne électorale des régionales de 2017, il avait affirmé que c’étaient ses dernières élections. Il faudra aussi compter sur le Parti mauricien socialdémocrate (PMSD) de Rodrigues qui s’active en vue de ce scrutin.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x