Dans la presse du… 28 décembre 1994: franc succès pour le concert MMKA

Avec le soutien de
Les danseuses de séga étaient également de la partie.

Les danseuses de séga étaient également de la partie.

L’express du mercredi 28 décembre 1994 soutient que le concert organisé dimanche dans la cour du collège Royal de Port-Louis, par le Muvman Morisyen Kreol Afrikin (MMKA), a été un franc succès si l’on tient compte de la bonne foule, surtout vers la fin où les grosses pointures du séga et du seggae, Cassiya, Kaya et les Natty Rebels, ont littéralement embrasé la plaine du collège. Le MMKA a donc réussi dans sa tâche d’organiser un concert, avec un prix abordable pour les billets (Rs 30), ce qui a drainé nombre de jeunes vers le collège Royal. M. Georges Marianne, président du mouvement, devait, avant le début du concert, remercier ceux présents, «qui par votre présence ont démontré qu’on pouvait avoir un esprit de partage». Il a également remercié les artistes qui ont accepté de jouer pour ce concert dont une partie des recettes ira aux proches des disparus du Good Hope. 

Tout au long de son discours, M. Marianne s’est appesanti sur l’esprit de générosité qui a prévalu pour l’organisation de ce concert. Il a rappelé que le 14 juin était un jour sombre pour 13 familles mauriciennes, leurs proches ayant disparu dans le naufrage du Good Hope. Il a mis en garde les politiciens qui tomberaient dans la démagogie, car «nous sommes assis sur une poudrière et la moindre étincelle peut la faire exploser. Le MMKA est là pour que cela n’arrive pas». 

Le point fort du programme au collège Royal a été, ensuite, le concert, avec les groupes Paranoid, Alter Ego, pour le rock, Horizon, pour des reprises reggae, Windblows, pour le zouga, Cassiya, la révélation de l’année 1994, les groupes Racinetatane et Natty Rebels, pour la popularité du seggae. Débutant le concert, le groupe Paranoid n’a pas failli à sa réputation de défenseur du rock pur et dur. 

Le groupe qui a succédé à Paranoid, Alter Ego, était en quelque sorte le second défenseur du rock pur et dur, sur la plaine du collège Royal. Coiffé d’un chapeau, François Soupe, le batteur, a emmené tout son monde au pays du rock, car malgré son titre, Running Away, l’hymne du groupe n’a fait fuir personne. 

Les Windblows, les inventeurs du zouga, mélange de séga et de zouk, ont succédé à Alter Ego, avec Zigilé. Avec Ça nous séga, extrait de sa dernière cassette du même titre, Casse Cabine, entre autres, le groupe a achevé de gagner le public à sa cause. 

Mais les longs temps morts entre les passages des différents groupes avaient un petit côté agaçant. Il fallait attendre que les groupes accordent leurs instruments, avant qu’ils ne passent en scène. La sonorisation, pas super extra malgré les promesses de l’affiche, ne renvoyait pas convenablement la voix de l’animatrice, ce qui a quelque peu gâché le plaisir des spectateurs. Mais un concert avec Cassiya, Racinetatane et les Natty Rebels, avec ou sans sono, est certain de marcher. Et c’est ce qui est arrivé. Le groupe Black Bee, de Cassis, qui a joué quelques reprises reggae, annonçait d’ailleurs la couleur. La fin du concert serait seggae, avec les deux grosses pointures locales, Natty Rebels et Racinetatane. 

Cassiya s’est glissé entre ces deux groupes pour distiller ses Jouny Jouna, Marlène, entre autres, pour s’imposer comme le groupe séga de l’année 199 4. Un succès jamais démenti.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x