Enfants malades: Noël particulier des petits battants

Avec le soutien de

La petite Kiara Heerah, un an et demi, est actuellement à Chennai, en Inde, en compagnie de ses parents. Sa mère, Divya Heerah, revient péniblement sur le parcours de combattant de son unique enfant. Cette fillette souffre d’un «auto-inflammatory syndrome», qui ne peut pas être traité à Maurice jusqu’ici. Le diagnostic vient de tomber, il y a un mois environ. «Elle est tombée malade alors qu’elle avait dix mois environ. Nous l’avons emmenée dans une clinique des Plaines-Wilhems. Mais on nous a très vite fait comprendre que l’on ne pouvait rien faire pour elle ici.» 

Les trois ont alors mis le cap sur la Grande péninsule, en août. Direction Delhi. Où la petite Kiara a été admise jusqu’en novembre. «Elle était sur traitement, elle était suivie mais faisait également des tests pour savoir de quoi elle souffrait exactement.» Sauf qu’après trois mois, vu que les résultats n’étaient pas concluants, les parents ont décidé de faire transférer la fillette vers un autre hôpital, cette fois-ci, à Chennai. 

Kiara Heerah, un an et demi, suit un traitement en Inde contre son syndrome. 
Elle souffre d’une maladie auto-inflammatoire.

C’est d’ailleurs, sur place que la nouvelle est tombée. «Les médecins nous on fait comprendre que Kiara avait une maladie rare, l’auto-inflammatory syndrome, et qu’elle devait suivre un traitement strict, qui consiste d’injections pour le moment. Ceci a débuté lundi. Il est encore tôt pour s’avancer sur son efficacité. Nous attendons. Kiara était aux soins intensifs, elle a été admise en salle, il y a peu. Me finn osi dir nou ki si sa pa marsé pou bizin al ver enn Bone Marrow Transplant (NdlR, une greffe de la moelle osseuse)...» 

Noël se tiendra dans l’enceinte de l’hôpital pour les parents et la petite guerrière.

Attente longue 

Pour le moment, l’attente et longue et le coeur n’est pas vraiment à la fête, d’autant que la petite famille est loin des siens. «Nous avons aussi appris que Kiara avait un problème respiratoire, et qu’elle avait du mal à respirer. Donc, là nous sommes vraiment dans l’attente.» Mais ce qui est sûr, c’est que la voie vers la guérison de la petite est longue. Car il est fort probable qu’elle reste en Inde quelques mois encore. Etant souffrante, elle ne fait que dormir toute la journée. «Elle était très faible. Il n’y a que quelques jours qu’elle a recommencé à manger.» 

Noël se tiendra dans l’enceinte de l’hôpital donc pour les parents et la petite guerrière. Un autre stress qui s’ajoute est l’aspect financier. Si la facture de la petite Kiara s’élève aujourd’hui à près d’un million de roupies indiennes, il est aussi question de chercher près de deux millions de roupies pour sa transplantation, au cas où. 

Kiara est épaulée par l’association Enn Rev enn Sourir qui a déjà réglé la facture de Delhi, à hauteur de Rs 1,4 million. «Aujourd’hui, il nous faut de l’aide pour continuer le traitement de la petite», confie Karan Juglall, le directeur. (Toute aide est la bienvenue sur le compte de l’association: Enn Rev Enn Sourir | MCB | 000446714666) 

Coeur léger 

Pour Lynnsha Pierre, dix ans, une nouvelle page se tourne. La fillette a combattu deux tumeurs depuis 2016. Aujourd’hui, elle est considérée comme guérie, après trois grosses interventions chirurgicales. «Sa santé est stable. Elle est en rémission pour les prochains cinq ans et fait régulièrement ses suivis. Me li korek», confie sa mère, Charline Pierre. Noël se fêtera donc en famille, dans la joie et la bonne humeur cette année. «Nous allons le célébrer à la maison, le coeur léger...» 

Lynnsha Pierre, dix ans, a combattu deux tumeurs depuis 2016 et a remporté ses batailles.

La petite Lynnsha se bat contre la maladie depuis 2016, alors qu’elle n’avait que six ans. Elle avait eu un cancer et en 2017, elle avait fait une rechute et son état de santé s’était grandement détérioré. Si bien qu’elle avait dû arrêter l’école pour suivre ses traitements. En 2019, la fillette est épaulée par Enn Rev Enn Sourir. «Elle a, depuis, fait le va-etvient à Wellkin à nos frais. Aujourd’hui, on est très fiers et satisfaits des résultats. Sa dernière opération a été un vrai succès. Depuis, les tests de ses bilans de santé sont positifs», explique Karan Juglall, très proche de la famille. 

Lynnsha a aussi repris le chemin de l’école depuis plus d’un mois. «Elle essaye de rattraper son retard. Elle bénéficie aussi d’un suivi psychologique. Nou finn fer tou pou sap so la vi. Zordi nou kontan pou get li an form...» Selon sa mère, ses cours en ligne se passent très bien. Elle est actuellement en vacances. «Elle a hâte de reprendre bientôt.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x