L'express leaks du dimanche 12 décembre au vendredi 17 décembre 2021

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Publicité
Publicité

Bonne gouvernance dites-vous ?

Ce CEO d’un projet d’envergure nationale accumule les dénonciations à son encontre. En moins de six mois, les agissements de ce personnage sont à nouveau dénoncés car il ne pratiquerait pas la bonne gouvernance au sein de l’organisme étatique qu’il dirige. Au lieu de prôner la méritocratie, il privilégierait une de ses proches collaboratrices qui s’affiche constamment à ses côtés à chacune de ses sorties. Celle-ci aurait une forte influence sur lui et il aurait du mal à trouver ses repères en son absence comme révèle un dénonciateur dans une missive adressée à la rédaction. De plus, ils seraient plusieurs à avoir soumis leur démission car ils seraient démotivés par l’attitude de ce CEO.

 

Chassez le naturel…

Il semblerait que dans le cadre de l’enquête entourant le scandale du Molnupiravir, le secrétariat du ministère de la Santé soit épargné par la commission anticorruption. Or, une fonctionnaire, qui avait été transférée du ministère de l’Environnement à celui du secrétariat de la Santé dans le sillage de l’affaire Bal Kouler, serait très impliquée dans le comité d’évaluation des produits pharmaceutiques et ferait même la navette entre deux bureaux au cinquième étage du Registrar Building. Et bien que le rapport de l’Audit ait souligné qu’il y avait «misuse/abuse» des ordinateurs et des laptops du gouvernement, cette dame qui gagne gros en termes d’heures supplémentaires et d’allocations par rapport aux comités sur lesquels elle siège, aurait à sa disposition plusieurs de ces appareils dont certains éléments auraient pu avoir été récemment étrangement effacés.... Aurait-elle repris ses vieilles habitudes de courtier ? se demandent les observateurs.

Malaise profond

La lettre publique d’un ancien secrétaire général d’une institution privée révèle un profond malaise qui règne parmi ses membres. Le conseil d’administration a tenu à soutenir celui qui est en poste actuellement malgré ses démêlés avec la justice. Le rédacteur de la lettre a même proposé aux membres de l’institution de ne plus cotiser annuellement pour montrer qu’ils ne soutiennent pas le nouveau secrétaire général, le protégé d’un ministre.

 

Les carottes sont cuites

Des députés de la majorité ont beau faire la courbette pour plaire à leur leader quitte à avaler des couleuvres, mais leur sort est déjà scellé. Une personnalité très influente de «Lakwizinn» a déjà porté son jugement sur plusieurs d’entre eux. Leur chance d’obtenir une investiture aux prochaines élections est presque infime. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, laisse-t-on comprendre, que plusieurs postes ministériels sont restés vacants. MALAISE PROFOND La lettre publique d’un ancien secrétaire général d’une institution privée révèle un profond malaise qui règne parmi ses membres. Le conseil d’administration a tenu à soutenir celui qui est en poste actuellement malgré ses démêlés avec la justice. Le rédacteur de la lettre a même proposé aux membres de l’institution de ne plus cotiser annuellement pour montrer qu’ils ne soutiennent pas le nouveau secrétaire général, le protégé d’un ministre.

Agitation à la pêche

Plusieurs membres du personnel féminin du ministère de la Pêche se plaignent du comportement d’un de leurs supérieurs. Agressions verbales, gestes déplacés ou encore abus des heures supplémentaires et des ressources gouvernementales feraient partie de leur quotidien. Deux hauts fonctionnaires auraient privilégié un transfert, dit-on, au lieu de cautionner sa façon de faire. Il a même eu droit à un bureau luxueux malgré ce temps difficile.

 

Conseiller ivre

Un membre du conseil de district de Rivière-du-Rempart a été récemment pris en contravention pour conduite en état d’ivresse. Le conseiller, proche d’un ministre, revenait d’une réunion dudit conseil lorsqu’il a été interpellé par les policiers lors d’un contrôle de routine. La tentative du ministre en question d’intervenir en haut lieu pour protéger son poulain s’est révélée vaine. L’affaire est traitée dans la plus grande discrétion d’autant plus que le conseiller est censé ne pas consommer d’alcool par choix religieux.

 

Teeluck froisse

La semaine a été peu clémente pour le ministre Avinash Teeluck au No. 6. Mercredi, le ministre s’est fait remonter les bretelles lors d’une fonction à l’intention des personnes âgées à Poudre-d’Or Village où il a cru bon d’aller faire un don de molletons en pleine période d’été torride. Les aînés n’ont pas mâché leurs mots pour ridiculiser cette démarche tout en lui expliquant que la présence de ses «agents» qui l’accompagnaient, dont une fonctionnaire, n’était pas la bienvenue. Le lendemain, il n’était tout simplement pas invité à une autre fonction à The Vale où étaient conviés les dirigeants des forces vives du village et où, par ailleurs, son colistier, le PPS Anjiv Ramdhany, a passé plus d’une heure.

 

La santé absente !

Au ministère de la Santé, c’est le cafouillage. Aucun officiel du ministère n’était à l’aéroport jeudi pour réceptionner le don de 203 580 doses de vaccin Pfizer, offertes gracieusement par les États-Unis. Les officiels de l’ambassade ont attendu en vain un représentant du gouvernement. À la Santé, on chuchote qu’il n’y a personne pour prendre des décisions depuis le scandale Molnupiravir.

 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x