La voix Ghetto: le message sans filtre de Raskenco

Avec le soutien de

Son message a été partagé plus d’un millier de fois sur les réseaux sociaux. D’un air poétique, Raskenco, de son vrai nom Kenny Lecoq, dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas avec sa plume sur une musique posée Old School rappelant le style de Tupac et Biggie.

Ce rappeur, issu de Camp-Levieux, ne veut plus être un mouton dans un monde où tout le monde se prend pour un lion. Kenny Lecoq, père d’une petite fille, est formateur en assurance. Ancien danseur du groupe Hip Hop Clan de Camp-Levieux, il est tombé très jeune dans la musique. «J’avais déjà écrit quelques chansons, étant jeune, mais c’était plus des ségas que je chantais lorsque nous faisions des pique-niques en famille. J’ai commencé le rap quand j’avais 16 ou 17 ans, influencé par des pointures, des soldats du rap de ma région, dont ceux qu’on appelle l’équipe du West Side», explique Raskenco.

Il est tombé amoureux du rap et depuis, il a continué sur cette voie jusqu’à en devenir accro. «Je suis inspiré par tout ce que nous vivons car pour moi la musique possède un très grand pouvoir qui me permet de partager des émotions à travers des messages vrais et conscients», relate le rappeur influencé par des artistes comme Kaya, Blakkayo ou encore Blacko. «Cela fera bientôt huit ans depuis que la musique est devenue pour moi plus qu’un passe-temps avec mon cousin Kenny Labonne qui est en France», explique l’habitant de Camp-Levieux. À force de persévérer, il a sorti en 2020 un premier mixtape, intitulé One Way, disponible sur toutes les plateformes de téléchargement.

Raskenco, qui cumule désormais un millier de vues avec la vidéo de Zournal La Voix Ghetto, relate que l’inspiration l’a pris de court. «Un ami m’a dit : “Kenco, faut faire une chanson sur le Covid’’. En même temps, les sujets qui occupent nos conversations, ma mère, ma femme et moi portent plus sur l’actualité et ce qui se passe dans le pays», confie Kenco qui se laissera bercer par son inspiration et prendra sa plume pour déclamer son texte.

«Pour moi, la situation est très grave ici et il n’y a pas que le Covid qui soit notre ennemi», avance ce dernier avant d’ajouter que chaque jour, plusieurs personnes meurent du virus. Ainsi, il rappelle au public de ne pas prendre le nouveau variant à la légère. Malgré le succès de Zournal La Voix Ghetto, Raskenco confie qu’il ne s’attendait pas que sa vidéo ait un tel impact mais il se dit satisfait que son message passe et touche plusieurs générations.

L’artiste sort un autre mixtape, La Voix Ghetto, disponible sur les plateformes de téléchargement à partir d’aujourd’hui, et il travaille sur d’autres projets, dont un clip et un album. «Petite annonce, je travaille sur l’épisode 2 de Zournal La Voix Ghetto.» Vous pouvez retrouver Raskenco sur YouTube, Facebook, Instagram et TikTok.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x