Chagos: Le «Criminal Code Amendment Bill» fait l’unanimité contre le Royaume-Uni

Avec le soutien de

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a présenté le Criminal Code Amendment Bill en première lecture. Ce projet de loi rendra illégaux les estampilles, les pièces, les timbres et autres objets produits dans les pays étrangers qui mettront en cause la souveraineté de Maurice sur les Chagos. Cela fait suite, selon Pravind Jugnauth, à l’émission de timbres du British Indian Ocean Territory, car la Cour internationale de Justice et le Tribunal des Droits de la Mer ont reconnu la souveraineté de Maurice sur l’archipel des Chagos.

«La décolonisation n’est pas complète. L’excision des Chagos du territoire de Maurice était illégale. Le Royaume-Uni n’a jusqu’ici pas reconnu que l’archipel fait partie intégrante de Maurice. D’ailleurs, l’Universal Postal Union a aussi reconnu les Chagos comme territoire de Maurice», a souligné Pravind Jugnauth.

Paul Bérenger, leader du Mouvement militant mauricien (MMM), a pris la parole pour soutenir sans réserve ce projet de loi. Le député du MMM a rappelé des faits historiques et a déclaré que pour sortir de l’impasse diplomatique, on devrait demander à l’Inde de nous aider.

Ritesh Ramful, député du Parti travailliste, a souligné que l’opposition va voter en faveur de cet amendement. Selon lui, il y a un consensus pour cette action légitime. Le député se réjouit que les anomalies contenues dans les deux précédentes versions du projet de loi ont été corrigées et n’enfreignent plus la liberté d’expression. Ritesh Ramful a souligné que tous les accords avec d’autres pays étrangers, qui touchent à notre souveraineté, doivent être transparents comme pour les Chagos et Tromelin. Il faisait allusion à l’accord sur Agalega entre l’Inde et Maurice.

Reza Uteem, député du MMM, s’est demandé si la définition des États avec lesquels Maurice est en conflit au sujet de la souveraineté des territoires couvre la France, les États-Unis ou les pays ayant voté contre Maurice sur des instances internationales. Le député mauve a voulu savoir pourquoi Tromelin n’a pas été inclus dans ce projet de loi. Il a rappelé les conditions dans lesquelles Maurice a obtenu l’indépendance. «Nous avons été dupés et accepté sous la contrainte la séparation de nos territoires avant l’indépendance», a souligné Reza Uteem. Ce dernier a salué l’élection d’Arianne NavarreMarie en 1982, une femme issue de la communauté chagossienne.

Deepak Balgobin, ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation (TCI), a évoqué le combat et la contribution de feu sir Anerood Jugnauth qui a remis sa toge d’avocat pour déposer devant la Cour internationale de Justice. Kushal Lobine, député du PMSD, s’est demandé si Maurice doit faire pression sur le Royaume-Uni pour faciliter les négociations avec les États-Unis. À noter que la séance d’hier a été ajournée à vendredi.

Publicité
Publicité

Un pas de plus a été franchi le 22 mai au Nations unies, avec l’adoption de la résolution visant à mettre en œuvre l’avis consultatif de la Cour internationale de justice (CIJ) en faveur de l’Etat mauricien. Le combat de Maurice pour l’archipel des Chagos devient celui de la communauté internationale. Nous vous proposons tout un dossier sur les divers articles qui ont été publiés sur le sujet. La parole aux Chagossiens, les revendications auprès de diverses instances, ou encore les interventions devant la CIJ et l’Organisation des Nations unies…

D'autres articles »
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x