Fissures sur l’autoroute Terre-Rouge-Verdun: le constructeur pas inquiété

Avec le soutien de
Tout indique qu’il n’y a pas eu de poursuites contre la société qui avait obtenu le contrat pour ce chantier.

Tout indique qu’il n’y a pas eu de poursuites contre la société qui avait obtenu le contrat pour ce chantier.

Sept ans après l’apparition des fissures, entre Ripailles et Valton, sur l’autoroute M3 – Terre-Rouge– Verdun – et deux ans après sa reconstruction et sa réouverture, où en est l’enquête pour situer les responsabilités ? Le député Ritesh Ramful interpellera le ministre des Infrastructures nationales, Bobby Hurreeram, sur la question au Parlement aujourd’hui. En effet, il veut connaître les retombées de l’enquête instituée par la Road Development Authority (RDA) et les recommandations. Il veut également savoir si par la suite des actions légales ont été prises contre le constructeur. Car le dossier serait enfoui dans un tiroir chez l’Attorney General depuis l’effondrement de cette route.

Selon une source qui connaît bien le dossier, il n’y a jamais eu de poursuite contre Colas (Mauritius) Colas (Madagascar), qui avait obtenu le contrat de Rs 3 milliards. À noter que Transinvest Construction Ltd est la filiale mauricienne du groupe Colas, acteur global du marché mondial de la construction, présent à Maurice depuis plus de 70 ans.

Notre source fait ressortir que la raison pour laquelle il n’y a pas eu de poursuite, c’est parce que les deux ingénieurs de la RDA qui avaient été suspendus ont été réintégrés après un comité disciplinaire. «Le constructeur travaille selon un système de Mechanical Engineering Inspection. La RDA a sa propre équipe d’ingénieurs. Si la cour a vu que les deux ingénieurs n’ont pas fauté, ne sont pas coupables, ce sera difficile de dire que le constructeur est responsable. Pourtant en tant que client principal, la RDA a sa part de responsabilité. Elle a été satisfaite depuis la conception du design jusqu’à la construction.»

Dans une lettre ouverte publiée le 29 août 2017, Anil Bachoo avait affirmé que le «contracteur» reçoit des ordres du consultant et il doit les exécuter. Du coup, l’entière responsabilité du projet repose sur le consultant. Car non seulement il était l’ingénieur officiel du projet, mais il était aussi responsable de la préparation du plan et de l’alignement. Il avait donc la responsabilité de superviser le projet jusqu’à son achèvement.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x