Mort du jockey Juglall: le responsable du SAMU en cour le 3 décembre

Avec le soutien de

Son témoignage était attendu hier devant la cour de district de Port-Louis dans le cadre de l’enquête judiciaire sur le décès du jockey Juglall. Mais le Dr Vidyavrattjee Ancharaz, acting director du SAMU, devra revenir le 3 décembre à la suite d’une motion présentée par Me Yahia Nazroo, représentant les intérêts de la Mauritius Turf Club Sports and Leisure Ltd (MTCSL). L’avocat a objecté à la déposition du responsable du SAMU, soutenant que le Directeur des poursuites publiques (DPP) ne peut apporter des preuves externes. 

Il a ajouté que le témoignage de l’expert qui viendrait expliquer les procédures entourant les urgences ne pourrait être considéré comme recevable dans une enquête judiciaire. «C’est un témoin en externe dont le témoignage est important, explique l’avocat du DPP, pour éclaircir la cour sur la raison pour laquelle la victime, alors qu’elle était transportée, avait les mains pendantes sur la planche vertébrale.» «Ce n’est pas le forum approprié dans le cadre d’une enquête judiciaire contrairement à un procès», a argué Me Nazroo qui est d’avis que le Dr Ancharaz, qui ne connaît pas les circonstances de l’incident survenu lors de la septième course de la première journée de courses hippiques de la saison 2021, le 15 mars. 

Me Nataraj Mooneesamy du bureau du DPP, assisté de Me Geetika Rampoortab, a soulevé le point que Me Nazroo est un «watching brief» de la MTCSL dans cette affaire et qu’il devrait, en premier lieu, demander la permission de la cour pour venir avec une motion. «La déposition du Dr Ancharaz apportera un éclaircissement si les mesures médicales ont été adoptées correctement», poursuit l’homme de loi qui estime que la motion de Me Nazroo ne peut être acceptée. 

Après avoir écouté les débats, la magistrate Shavina Jugnauth, qui préside les travaux, a statué en faveur de Me Nataraj Mooneesamy tout en soutenant qu’il est indéniable que Me Nazroo est un watching brief. «Il ne peut venir avec une motion sans la permission de la cour. Le témoignage du Dr Ancharaz est crucial ayant l’objectif d’éclaircir la cour quant à l’assistance médicale appropriée et ainsi, la cour pourra déterminer s’il y a eu ‘foul play’ ou pas», a déclaré la magistrate. D’ajouter : «Le tribunal doit évaluer et rassembler toutes les preuves ou témoignages.» 

De ce fait, le Dr Ancharaz se présentera en cour le 3 décembre et le Dr Dhaval, qui est en auto-isolement, y sera le 23 novembre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x