Pandora Papers: Mahen Seeruttun s’emmêle les pinceaux sur le cas Sattar Hajee Abdoula

Avec le soutien de

À sa décharge, il a été beaucoup plus humble que son Premier ministre qui s’était lancé samedi dans une attaque contre les journalistes auteurs des Pandora Papers. En répondant à une question de Reza Uteem hier, Mahen Seeruttun a révélé que la FSC suit les révélations du Consortium international des journalistes d’investigation de très près. Au point où elle a scruté toute la presse locale et internationale pour retrouver les noms de toutes les sociétés et individus cités, qui ont un lien avec Maurice.

Le ministre des Services financiers révèle ainsi que la FSC collecte actuellement des informations sur huit entités mauriciennes, mais aucune enquête n’a commencé. «Nous allons sévir si les allégations sont fondées», ajoute le ministre. Interpellé par Patrick Assirvaden sur le fait que Sattar Hajee Abdoula, le chairman de SBM Holdings et récemment administrateur d’Air Mauritius, ait eu des dealings complexes dans le paradis fiscal que sont les îles Vierges britanniques, Mahen Seeruttun a lancé ceci : «Peut-on reprocher à quelqu’un de tenir une structure offshore ? Je ne pense pas.»

Mais Reza Uteem a renchéri avec un nom : Regula Limited. Cette compagnie, rappelons-le, a été créée par la Deutsche Bank, qui a dû payer une amende de $15 millions parce que les autorités financières allemandes soupçonnaient que la banque l’utilisait pour blanchir l’argent sale de certains clients. Les Pandora Papers révèlent que Sattar Hajee Abdoula a vendu sa structure aux BVI à Regula Limited.

«Je crois comprendre que c’est initialement Merrill Lynch (une compagnie de gestion de fortune appartenant à la Bank of America) qui a vendu une police d’assurance au monsieur dont nous parlons (NdlR, Sattar Hajee Abdoula). Ensuite la compagnie dont vous parlez (NdlR, Regula) a racheté Merrill Lynch. Voilà pourquoi selon les informations dont je dispose, la structure a été transférée aux îles Vierges britanniques. Je ne crois donc pas que la personne dont nous parlons a voulu intentionnellement utiliser Regula pour des transactions illégales.»

Le hic, c’est qu’il y a de grossières inexactitudes dans cette explication. Regula Limited n’a jamais acheté Merrill Lynch, tel que le prétend le ministre. Et Sattar Hajee Abdoula affirme on record à l’express avoir acheté sa police d’assurance à Deutsche Bank… pas à Merrill Lynch.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x