Aéroport de Plaisance fausse alerte à la bombe: une «blague» qui coûte

Avec le soutien de

Un canular qui ne plaît pas. Samedi, un message d’alerte à la bombe a été envoyé à l’aéroport. La Bomb Disposal Unit de la Special Mobile Force a été mandée sur place et l’aéroport a dû être évacué. Selon des policiers, si cela fait bien rire certains, ce n’est pas le cas des autorités.

«Sak fwa ki gagn enn call koum sa tou lekip mobilizé. Nou éna nou bann ékipman ek bann habits spécial ki nou bizin mété, transpor spésial. Sé enn mari préparasion en vites mé ki démann enn lékip et osi enn mari préparasion li vréman pa enn blag», explique un officier qui a voulu garder l’anonymat. Sur les lieux où il y aurait une bombe, tout est passé au crible et dans tous les recoins. Cela implique aussi des dépenses à chaque fois qu’ils doivent bouger, pour l’utilisation de certains équipements et la présence de certaines personnes.«Nous nous rendons compte que beaucoup de personnes ne savent pas ce qu’une alerte à la bombe implique ni la pression psychologique sur les personnes, comme les passagers et les membres de la SMF, samedi.»

Selon le Police Press Office, c’est le cas de trop. Depuis le début de l’année c’est la troisième fausse alerte.«Au niveau de la police, même s’il y a des doutes que cela soit une blague, on prend ces alertes très au sérieux. C’est pour ça que celui qui commet le délit de mentir à propos d’une alerte à la bombe est poursuivi en justice.»

Selon l’inspecteur Shiva Coothen, ce genre de blague peut finir par une lourde de peine de prison. En ce qu’il concerne de l’alerte de samedi, une enquête a été ouverte pour mettre la main sur le farceur.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x