Foot : des supporteurs hongrois interdits de stade après les heurts en Angleterre

Avec le soutien de

Plusieurs supporteurs hongrois ont été interdits de stade pendant deux ans après des heurts avec la police mardi à Wembley lors du match de qualification pour le Mondial-2022 contre l'Angleterre, a annoncé jeudi la Fédération hongroise de football (MLSZ).

«Plusieurs personnes identifiées sur place par les agents de sécurité ont été interdites d'assister à des événements sportifs pendant deux ans en vertu des dispositions de la loi (hongroise) sur le sport», a déclaré à l'AFP Jeno Sipos, porte-parole de la MLSZ, sans préciser le nombre d'individus concernés.

Des incidents ont éclaté mardi peu après le coup d'envoi de la rencontre au sein d'un groupe d'environ 1000 supporters hongrois réunis dans un coin du stade. Des dizaines d'entre eux s'en sont pris à des stadiers, obligés de s'écarter avant l'arrivée de policiers munis de matraques.

L'incident a pris de l'ampleur lorsque la police est intervenue pour arrêter un supporter hongrois soupçonné d'avoir émis un commentaire raciste envers un stadier.

Des affrontements se sont poursuivis pendant plusieurs minutes avant que la police rétablisse l'ordre.

Selon Sipos, une enquête est toujours en cours pour identifier certains supporters qui ne l'ont pas été sur place.

En septembre déjà, lors de la victoire de l'Angleterre contre la Hongrie à Budapest, la rencontre avait été entachée par des chants racistes de Hongrois visant Raheem Sterling et Jude Bellingham. Des projectiles ont aussi été lancés sur les joueurs anglais.

La sélection hongroise a été par la suite condamnée à jouer deux matches à domicile de compétitions FIFA à huis clos, dont un avec sursis.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x