MV Wakashio: le rapport d’un architecte naval est attendu

Avec le soutien de
Le Wakashio s’est échoué à Pointe-d’Esny.

Le Wakashio s’est échoué à Pointe-d’Esny.

La Cour d’investigation pour faire la lumière sur l’échouement du MV Wakashio devrait bientôt reprendre ses travaux après quasiment deux mois d’inactivité. Il semble que le panel attend le rapport d’un architecte naval pour reprendre les sessions, qui se feront cette fois-ci par vidéoconférence. Les témoignages des responsables d’Okiyo Maritime Corp, l’armateur du vraquier japonais et des salvors de SMIT Salvage, qui ont été recrutés pour le renflouage du vraquier, seront entendus par la cour, à la reprise. 

Pour cela, le système doit être installé et testé. L’architecte naval devrait expliquer la décision prise, entre autres, de remplir la cale n°8 d’eau. Lorsqu’il a été rappelé à la barre le 24 août, Alain Donat, directeur de la navigation, a déclaré qu’ils se sont appuyés sur les explications des salvors pendant toute l’opération. Cependant, il a déclaré que l’évaluation faite par salvors n’était pas correcte. «Nous n’avons pas d’architecte naval pour contre-vérifier. À ce moment-là, selon leur calcul, la meilleure décision était de remplir la cale no.8 d’eau. Mais aujourd’hui, nous dirons non.» 

Le Salvage Master devra répondre à plusieurs questions concernant les décisions prises pour renflouer le vraquier. Le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar avait déclaré qu’il avait tout géré correctement sur le MV Wakashio avant l’arrivée de SMIT Salvage le 31 juillet. Il a aussi expliqué comment le 2 août, la situation n’était pas vraiment critique pour les salvors, mais que ce n’est qu’après le 6 août qu’ils se sont sentis menacés et ont demandé à être hélitreuillés. Il faut noter que les travaux de la cour d’enquête ont commencé le 19 janvier, avec les révélations de plusieurs témoins, qui se sont succédé tandis que d’autres étaient appelés à la barre.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x