Grand-Baie | À l’aise: un nouveau restaurant créé par des jumeaux

Avec le soutien de
(De g. à dr.) Amalen, Vimalen et Rohan sont déterminés à mettre leur clientèle «à l’aise».

(De g. à dr.) Amalen, Vimalen et Rohan sont déterminés à mettre leur clientèle «à l’aise».

«Met ou alez.» C’est la phrase qu’Amalen et Vimalen Veerasami, des frères jumeaux, disent à leurs clients pour leur souhaiter la bienvenue. «À l’aise», un nom qui n’a pas été choisi au hasard et qui promet à chacun un moment gourmand inoubliable. 

Ils ont 31 ans et viennent d’ouvrir leur premier restaurant en face du temple tamoul aux abords de la route principale de Grand-Baie. Il y a quelques mois, pourtant, l’un et l’autre évoluaient sur deux continents différents. Amalen était le directeur financier d’une entreprise au Canada et Vimalen, chef de l’établissement Le Touring Café en France. Ils étaient venus à Maurice pour visiter leur famille durant quelques jours mais le Covid-19 les a forcés à y rester plus longtemps. C’est dans ce contexte que leur est venue l’idée de créer un lieu où toute personne se sentira à l’aise. 

Vimalen a 13 ans d’expérience dans le domaine de la restauration. Avant de partir en France, il avait déjà des connaissances dans le domaine, ayant exercé au sein de restaurants renommés à Grand-Baie. Quant à Amalen, il a été financier pendant trois ans au Canada. Toutefois, les deux frères voulaient entreprendre quelque chose ensemble. Aujourd’hui, gérants d’un restaurant familial, leur rêve est devenu réalité. «Nous avons discuté longuement en famille. Tous ont été plus qu’encourageants. Cela nous a permis d’aller de l’avant avec ce projet. Nous avons cherché un emplacement pendant un bon moment sur Grand-Baie et puis un jour, Rohan, mon cousin, a repéré un bâtiment par hasard», raconte Amalen. 

Début septembre, les jumeaux se sont activés pour réaménager les lieux, accompagnés des autres membres de la famille qui ont retroussé leurs manches pour leur prêter main-forte. Ainsi, après trois semaines, le restaurant était opérationnel pour accueillir touristes et Mauriciens. L’inauguration a eu lieu le 30 septembre, veille de l’ouverture des frontières. 

À l’aise propose les plats préférés des Mauriciens à des prix abordables. En plus des traditionnelles mines bwis et mines frites, les frères sont confiants qu’ils feront la différence. Une véritable affaire de famille confie Vimalen. En effet, Syreille, son épouse, et Rohan, un cousin, sont à l’accueil, Jean-Noël, l’oncle, prépare les boulettes, et l’un des beaux-frères aide en cuisine. «Si ce restaurant existe aujourd’hui, c’est parce que nous sommes une famille très soudée. Je veux que chaque membre se sente valorisé. Je remercie également les familles Veerasami et Auffray, qui ont été à nos côtés pendant tout ce temps. Même ma fiancée qui est à Marseille a apporté sa contribution à distance», confie Amalen.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x