À Péreybère: «Le travail redémarre pour de bon»

Avec le soutien de
Des touristes s’inscrivent à des plongées sous-marines à l’Ocean Spirit Scuba Diving.

Des touristes s’inscrivent à des plongées sous-marines à l’Ocean Spirit Scuba Diving.

«On reprend espoir petit à petit», nous confient certains commerçants de la région de Péreybère. Avec la réouverture des frontières vendredi, certains business de la région reprennent vie graduellement, tandis que d’autres peinent à redémarrer.

Lundi, en milieu de journée, les rues de Péreybère sont calmes. Certains habitants se croisent, discutent ou attendent le bus mais les touristes ne sont pas à portée de vue. Sur la plage par contre, certains sont au rendezvous. Ils lézardent, goûtent à une salade de mangues ou s’adonnent à des activités nautiques. Patricia Sophie, gérante de Pat N Joe Limited, explique que la plage de Péreybère était bondée dimanche. «Hier (dimanche), c’était extraordinaire !» nous confie-t-elle avec effervescence. «Après plus de dix-huit mois, nous avons revu cet endroit reprendre vie.»

Patricia Sophie a repris espoir depuis la réouverture des frontières.

Réputée depuis 22 ans pour son business d’activités nautiques sur cette plage, Patricia Sophie reprend du poil de la bête en constatant l’intérêt que portent toujours les touristes pour les activités nautiques. «J’ai versé une larme de joie lorsque j’ai vu le nombre de touristes qui montaient à bord de mes bateaux. Je me suis dit que cette fois-ci, le travail redémarre pour de bon.»

Plus loin, en face de la plage, nous retrouvons Ludovic Du- pré dans son local. Ce gérant du centre de plongée Octopus Diving Centre explique que des touristes habitués ont fait des réservations. Il espère en recevoir davantage jusqu’à mi-janvier. «Durant les deux dernières semaines de septembre, nous avons reçu des réservations un jour sur deux», soutient-il. «C’est déjà positif pour un business qui n’a eu aucun client depuis mars 2020.»

Les activités ont repris lun- di et il espère avoir des réservations d’au moins 50 % durant les mois de novembre et décembre. «Quatre réservations par semaine nous aideraient déjà beaucoup.»

Quelques mètres plus loin, Zeenat Mohoboob, gérante de l’Ocean Spirit Scuba Diving, s’entretient avec deux touristes. Ces derniers sont venus s’inscrire pour des séances de plongée sous-marine. «Nous avons effectué notre première réservation aujourd’hui», nous explique Zeenat Mohoboob. «Demain, nos premières activités reprennent.»

D’ailleurs la période du 14 au 23 octobre est à 75 % «booked». «Des clients réguliers qui n’ont pas pu se déplacer durant ces deux dernières années reviennent profiter de nos activités. C’est assez rassurant et on espère continuer sur cette lancée.»

Chambres, loisirs et repas

Cela dit, ce ne sont pas tous les commerces du coin qui ont été approchés par des étrangers. À l’instar du restaurant Le Bénitier, désert. «Comme vous le voyez, il n’y a pas beaucoup de monde qui passe. Il y a plus que d’habitude, mais pas assez», confie le gérant, Michel Lossel. D’habitude, le restaurant accueille les touristes locataires des appartements de la région, mais il semblerait que la plupart des étrangers depuis vendredi logent dans les hôtels du coin, qui leur offrent chambres, loisirs et repas.

Ahmad Kharfally, chauffeur de taxi, est dans la même situation. «Depuis vendredi, je n’ai travaillé qu’avec des Mauriciens. J’ai l’impression que les touristes ont peur de s’aventurer dans les autres parties de l’île à cause du virus. D’habitude, je voyage trois à quatre fois par jour avec des étrangers», relate le chauffeur de taxi tout en observant un touriste qui préfère, lui, se déplacer à vélo.

Yogenee Moorghen, propriétaire de La Gourmandise, a observé que dimanche, le public était présent à la plage, bien plus que lors de ces derniers mois. «Par contre, aujourd’hui (lundi), c’est à peine s’il y a quelques clients. Je n’ai pas encore rencontré de touristes pour l’heure.»

Elle confie que même durant la période creuse, ce sont des jeunes qui venaient lui acheter des pains. «Comme ils ne vont au collège que deux ou trois fois par semaine, ils venaient ici.» Yogenee Moorghen, qui travaille depuis 30 ans dans la restauration, soutient que les clients ont profité d’avoir obtenu leur salaire pour venir à la mer. «Sinon, on n’a pas beaucoup de clients.»

En tout cas, tous ne souhaitent que le retour du public, tout en respectant les gestes barrières, afin que les plages puissent reprendre leur air de fête…
 

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x