Covid-19: Grandcourt dénonce les craintes des Rodriguais

Avec le soutien de
Des Rodriguais et membres de l’Union du Peuple Rodriguais ont manifesté devant l’hôpital de Crève-Cœur.

Des Rodriguais et membres de l’Union du Peuple Rodriguais ont manifesté devant l’hôpital de Crève-Cœur.

Cette île des Mascareignes est toujours «Covid-free». Mais sa population se demande pour combien de temps encore ? Bien que l’ouverture des frontières de Rodrigues ait été repoussée au 1er novembre, nombreux craignent les conséquences d’une telle décision. Le Minority Leader Franceau Grandcourt est le porte-parole de ceux qui attendent des réponses du gouvernement régional.

Vendredi, des Rodriguais ont affiché leurs craintes lors d’une manifestation pacifique devant l’hôpital Queen Elizabeth à Crève-Cœur. Sur place, Franceau Grandcourt, s’est exprimé. «Il faut alerter l’opinion publique. Nous devons maintenir la pression pour que le gouvernement régional et national réagisse sur le dossier du Covid-19. Lors de la dernière session du Parlement, j’ai posé plusieurs questions sur ce point mais depuis un an et demi, le gouvernement reste lent dans ses décisions.»

Les personnes sur place se sont avant tout inquiétées du manque de personnel hospitalier. «À Rodrigues, nous avons un hôpital et quelques centres de santé. Quand on connaît les effectifs, des questions se posent. Nous avons un seul anesthésiste et un seul chirurgien pour les différents centres. Que se passera-t-il si l’anesthésiste doit être isolé et que des opérations doivent être effectuées ?» Des questions cruciales et qui méritent des réponses, soutient Franceau Grandcourt. «Rodrigues est loin de Maurice et si nous rencontrons les mêmes problèmes, nous serons laissés-pour-compte.»

Il trouve le manque de communication entre la commission de la Santé et le public regrettable. «Il ne faut pas créer de psychose. Être pragmatique dans les propos. On nous a annoncé qu’il y aura un plan pour la gestion du Covid mais toujours rien jusqu’ici. Il semble que ce dossier soit géré dans l’opacité la plus totale. Par ailleurs, nous pensons qu’il y a un manque d’appareils dans les salles d’isolement. Le personnel hospitalier risque d’en pâtir car si le Covid arrive à Rodrigues, une rupture des services de santé n’est pas impossible. Cela nous coûtera très cher, des pertes de vies seraient envisageables.» Si l’ouverture des frontières a été repoussée au 1er novembre, Franceau Grandcourt se demande si tout sera prêt pour permettre l’arrivée des touristes dans les meilleures conditions. Nos sollicitations pour obtenir des éclaircissements de la commission de la Santé sont restées vaines.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x