Jean Baptiste Julie fauché à moto: son père pleure la perte «d’un véritable gentleman»

Avec le soutien de

Il se rendait au travail sur sa moto le jour de son accident, samedi dernier. Jean Baptiste Julie, qui était coach dans une gym, «avait ce don de parler aux gens et de les mettre à l’aise», confie Patrick Julie, qui regrette la mort de son fils, mais aussi de son «grand ami».

Jean Baptiste Julie, 20 ans, était un passionné de sport et envisageait de briller au cours de compétitions de culturisme. Mais hélas, il ne pourra réaliser son rêve. Coach de fitness dans un club de gym à Pailles, Jean Baptiste Julie a perdu la vie dans un accident de la route à Salazie, samedi dernier, après que sa moto est entrée en collision avec une fourgonnette. Le jour du drame, il se rendait au travail. Il avait quitté la maison familiale à Lallmatie et avait dit au revoir à son père sans savoir qu’il ne remettrait jamais les pieds chez lui, du moins vivant.

Depuis, sa famille est dévastée. Jacqueline, sa maman, et lui, travaillaient ensemble dans la salle de gym. Elle est coach de zumba. «Mon épouse est abattue. Comment pourra-t-elle reprendre le travail après ce terrible drame ? Il y a trois mois, j’ai acheté une voiture afin que les deux puissent aller au travail ensemble. Mais samedi dernier, mon épouse est partie plus tôt. Jean Baptiste a alors pris la moto qu’il venait d’acheter. C’était aussi une de ses ambitions de posséder une moto», raconte son père Patrick, 50 ans, qui est bouleversé. «Nous avons perdu un véritable gentleman. Il avait ce don de parler aux gens et de les mettre à l’aise. Il encourageait tout le monde à faire du sport dans la localité, en particulier les jeunes, afin qu’ils ne tombent pas dans le fléau de la drogue», poursuit Patrick Julie, charpentier à son compte. Mo ti panse mo garson ki pou rakont «mo zistwar me mwa ki pe bizin rakont so zistwar. Linn fini ale avan mwa. Se enn gran kamarad kinn ale la», se désole son père, inconsolable.

Les funérailles de Jean Baptiste Julie, ancien étudiant du collège Darwin à Flacq, ont eu lieu dimanche. Outre ses parents, il laisse derrière lui deux sœurs, âgées de 16 et 18 ans, et une petite amie, avec qui il projetait de fonder une famille.

Depuis le début de l’année, il y a eu 78 accidents de la route et 81 personnes y ont trouvé la mort.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x