Tourisme: un taux de remplissage de 40 % des hôtels attendu en octobre

Avec le soutien de
Beaucoup d’intérêt a été noté d’Angleterre, d’Allemagne et de la France. Un bon nombre de Sud-Africains est aussi attendu au mois de décembre.

Beaucoup d’intérêt a été noté d’Angleterre, d’Allemagne et de la France. Un bon nombre de Sud-Africains est aussi attendu au mois de décembre.

À quelques jours de la grande réouverture de nos frontières, de la phase finale pour entamer la reprise du secteur touristique, quelle est la tendance de la demande pour la destination mauricienne en marge du 1er octobre ? Selon les opérateurs, les employés qui dépendent directement et indirectement du tourisme, soit 100 000 personnes, peuvent être optimistes. Ce, malgré le fait que Maurice a été classé dans la quatrième et dernière catégorie des pays à «très haut risque» de Covid-19 dans le rapport du Centre for Disease Control and Prevention (CDC) publié le 13 septembre. Au sujet de l’impact de cette annonce sur la destination mauricienne, le sentiment est pour l’heure mitigé. 

Toutefois, lors de l’émission Focus de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), le 22 septembre, sur le thème de la réouverture des frontières, Jean-Michel Pitot, le président de l’Association des Hôteliers et des Restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM), a dit se réjouir de l’inclusion de Maurice sur la liste «Clear for travel» du Royaume-Uni. En outre, il est confiant sur la tendance des arrivées touristiques en vue du 1er octobre. Soit à 99 % positif au sujet de la réouverture. 

Une étude effectuée il y a quelques semaines, explique-t-il, indiquait un taux de remplissage sous la barre de 30 % dans les hôtels. Mais, il est noté désormais que le taux de réservation augmente au fil des jours à l’approche d’octobre. Donc, «si sur l’ensemble du mois d’octobre le taux de remplissage est à 40 %, ça serait un bon score». Il soutient que le fait que la réouverture se fasse au début de la saison de pointe tombe à pic. Éventuellement, le taux de remplissage peut augmenter à environ 55 % et 65 % en novembre et davantage en décembre. Il indique qu’atteindre 250 000 pour le mois d’octobre, novembre et décembre, est réalisable. Beaucoup d’intérêt est noté du Royaume-Uni, d’Allemagne et de la France et un bon nombre de Sud-Africains est attendu au mois de décembre. 

Les Mauriciens de la diaspora 

Ajmal Tincowree, directeur de Shamal Travels Ltd, note, pour sa part, que le taux de remplissage et de réservations est plus positif grâce à des offres attractives ayant une bonne réputation parmi les visiteurs. Il relève qu’il y a aussi beaucoup de Mauriciens établis à l’étranger qui reviennent pour rendre visite à leur famille ou encore ayant raté des événements importants après 18 mois de restrictions. 

D’autre part, Jocelyn Kwok, Chief Executive Officer (CEO) de l’AHRIM, aussi optimiste, avait annoncé mercredi dernier à la presse, suivant une réunion entre les opérateurs du secteur privé et le ministre des Finances en marge du 1er octobre, qu’il est possible que les services aériens atteignent plus de 50 % d’ici décembre. Parmi eux, la vingtaine de compagnies aériennes étrangères qui desservaient Maurice de manière régulière se mettra en route sur la destination mauricienne avant décembre. 

Pour Umarfarooq Omarjee, Executive Director d’Omarjee Aviation, la tendance, après 18 mois de fermeture, est positive. «Quand on sort d’une crise, voir que nous recevons des touristes, même si la quantité n’est pas la même qu’en 2019, est encourageante.» De plus, dans le contexte de la quarantaine uniquement pour les visiteurs considérés non-vaccinés, il relève que le taux de vaccination en Europe, soit l’un de nos principaux marchés, est positif et espère que ceci évoluera positivement. Mais, explique notre interlocuteur, la reprise implique un travail de longue haleine tel que de suivre chaque marché, redynamiser des vols et le nombre de sièges sur la ligne et avoir une visibilité sur les différents pays. 

Ajmal Tincowree conclut que «c’est un bon début» mais souligne que «ce n’est pas du jour au lendemain que les chiffres seront les mêmes qu’en 2019. Cela prendra du temps».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x