Cour d’investigation Sir Gaëtan: des pièces à conviction auraient été falsifiées

Avec le soutien de

Nouveau développement à la cour d’investigation sur le naufrage du Sir Gaëtan, hier. Après avoir interrogé les quatre rescapés du remorqueur, notamment Elvis Eléonore, Clifford Montagne Longue, Sandro L’Aiguille et Yan Sun Fong Kwong Fa, la représentante du bureau de l’Attorney General a présenté une motion car elle estime qu’il y a eu falsification de preuves par rapport aux équipements récupérés comme les pièces à conviction par la police après le naufrage, le 31 août 2020.

Elle demande ainsi à l’ancien juge Gérard Angoh de statuer pour que la police initie une enquête. Ce dernier répondra qu’il fera connaître sa décision à la reprise, vendredi. Cette requête fait suite au témoignage des rescapés, qui ont été rappelés pour identifier le rwayar ou filin métallique utilisé pour connecter le Sir Gaëtan à la barge L’Ami Constant du remorquage. Selon elle, les photos ne correspondent pas aux témoignages des rescapés.

Le marin Elvis Eleonore a été le premier à identifier le type de corde utilisé par la Mauritius Ports Authority (MPA) et récupéré par lui et les autres membres de l’équipage, notamment Plassanet Montagne-Longue, du quai C pour l’amener au quai E avant le départ. «Rwayar-la ti fer kat met. Li ti an bon éta.» Il a insisté sur le fait que le rwayar ne s’est pas cassé. Seule la bitte (NdlR, pièce d’acier fixé utilisé dans l’amarrage) l’était. «A okenn moman rwayar inn kasé?», insiste alors l’ex-juge Angoh.

Elvis Eleonore l’a une nouvelle fois confirmé avant d’ajouter que le rwayar est resté sur la barge. Appelé par la suite à l’identifier sur les photos prises par la police, li devait dire «Pa li sa. Lor foto rwayar-la fer ar lamin. Li tipti et linn rouyé. Rwayar ki nou ti al sersé li pa fabriké. MPA asté sa.» Selon lui, il a fallu trois personnes pour soulever le wrayar tellement il était lourd. Selon lui, le filin métallique faisait environ 40 à 50 mm de diamètre. «Le rwayar était graissé et en acier.» Les autres témoins qui se sont succédé ont tous confirmé les dires d’Elvis Eleonore. La séance reprend vendredi avec le témoignage de Jean Mario Geneviève, consultant sur le remorqueur Da Patten, Patrick Creigh, Marine Engineer de Taylor Smith, et Shakeel Goburdhone, Deputy Director General de la MPA.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x