SBM Holdings: des «fees» de Rs 3,5 M à Sattar Hajee Abdoula

Avec le soutien de
Sattar Hajee Abdoula et Jean-Paul Arouff ont été nommés au sein du «board» en mars 2020.

Sattar Hajee Abdoula et Jean-Paul Arouff ont été nommés au sein du «board» en mars 2020.

  • L’ex-journaliste Jean-Paul Arouff empoche plus de Rs 1 M

Alors qu’on parle volontiers de sacrifices et de réductions salariales volontaires dans le privé pendant cette période de crise économique, l’État ne semble pas sensible à ce discours. En cause, les fees empochés par les directeurs de la SBM Holdings, banque d’État par excellence, qui croulait jusqu’à tout récemment sous un endettement massif en raison d’une mauvaise gestion financière.

Son Chairman, Sattar Hajee Abdoula, un nominé politique à ce poste depuis mars 2020, a touché Rs 3,5 millions comme Chairman du board. Sans doute, on dira que dans le privé, c’est mieux sauf que les directeurs sont appelés à prendre la porte de sortie s’ils ne donnent pas des résultats et ne s’agrippent pas à leur poste.

Selon le rapport annuel 2020 du groupe, Sattar Hajee Abdoula, qui est aussi coadministrateur d’Air Mauritius depuis avril dernier, a présidé/assisté à 26 réunions de SBM Holdings. Ce qui lui donne approximativement un jeton de présence de Rs 130 000 pour chaque réunion. Qui dit mieux !

On relèvera que le CEO de Grant Thornton a eu droit à des rémunérations de Rs 2,2 millions pour sa présidence au sein de SBM Holdings et la différence (Rs 1,3 million) pour les filiales du groupe. Certes, il peut se plaindre qu’il a touché moins que son prédécesseur, Kee Chong Li Kwong Wing. Celui-ci a empoché plus de Rs 5 millions pour le même poste en 2019. Soit Rs 1,6 million pour ses fees comme Chairman et Rs 3,4 millions pour sa présence au sein des filiales du groupe.

On sait toutefois que l’ancien Big Boss de la SBM Holdings n’était totalement satisfait de son package et disait à qui veut l’entendre que le montant était largement inférieur à ce que touchait l’ex-Executive Chairman, Muni Krishna Reddy. Qui touchait, nous dit-on, à l’époque Rs 30 millions annuellement.

Et quid des autres directeurs ? L’ex-journaliste de Business Magazine, aujourd’hui Senior Advisor au ministère des Finances, Jean-Paul Arouff, a perçu Rs 1 million depuis sa nomination en mars 2020. Quant à Shakilla Bibi Jhungeer, candidate battue aux dernières élections générales et nommée directrice au sein du board, elle a encaissé Rs 650 000.

Visiblement d’une année à l’autre, la SBM est devenue une vache à lait pour certains nominés et le sera encore pendant des années…

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x