Trafic présumé de psychotropes: Les pharmacies ciblées par une enquête de la police dénoncent un haut gradé…

Avec le soutien de
(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

L’arrestation du Dr Divish Soobhug en possession de psychotropes cache-t-elle une affaire plus importante ? La police cible des pharmacies, appartenant toutes à une même famille, qui serait à la tête d’un réseau présumé. Mais un des propriétaires de ces pharmacies avait déjà prévenu, il y a quelques mois, qu’un très haut gradé avait menacé de le coincer pour une affaire de drogue…

«Je consigne cette déposition car un très haut gradé de la police m’a menacé avec ces mots : mo pou met ladrog dan to farmasi ek mo pou fer ferm twa.» Voilà ce qu’avait écrit le propriétaire d’une chaîne de pharmacies dans une Precautionary Measure (PM) (NdlR : une déposition préventive pour se protéger) déposée il y a deux mois. Le jeune homme, propriétaire de plusieurs pharmacies dans le Nord, est en instance de divorce avec la fille du haut gradé. Il a aussi récemment dénoncé ce policier à l’ICAC. Voilà ce qui selon lui motiverait la colère du haut gradé contre lui.

Aujourd’hui, l’homme se sent ciblé par l’enquête sur le trafic de stupéfiants ouverte après l’arrestation du Dr Divish Soobhug. Ce dernier a été arrêté à l’hôpital du Nord où il travaille. Selon la police, il était en possession de plusieurs comprimés de psychotropes ainsi que de fausses ordonnances. Les enquêteurs pensent que ce jeune médecin serait de connivence avec la chaîne de pharmacies que possèdent le gendre du haut gradé, ainsi que son frère et son père. Celui-ci avait d’ailleurs été cité dans le rapport de la commission d’enquête présidée par sir Maurice Rault en 1987. «Ça n’a absolument rien à voir. Mon père était un policier et quand son supérieur avait été ciblé par la commission d’enquête, c’est toute l’escouade qui a essuyé le revers», explique le jeune homme.

«Victime d’un piège»

Pendant ce temps, le Dr Divish Soobhug dément avoir détenu ces psychotropes et les fausses ordonnances que lui attribue la police. «Mon fils est victime d’un piège. J’ai retenu les services d’un avocat, et nous verrons ce que cela va donner», déclare Soobee Soobhug, le père du médecin. Or les enquêteurs, eux, n’en démordent pas. «Nous pensons qu’un de ses collègues (NdlR : un des cousins du propriétaire de pharmacie), qui travaille lui aussi comme médecin à l’hôpital du Nord est un maillon important du trafic et le Dr Soobhug s’est rendu complice», nous déclare une source proche de l’enquête.

D’ailleurs nous dit cette source, «vous verrez que quand nous arriverons au sommet du trafic, nous remonterons jusqu’à des pharmaciens qui roulent en Porsche ; un train de vie qui ne correspond pas à leurs revenus». Quid de la Precautionary Measure déposée par un de ces pharmaciens ? «C’est trop facile. Alors il suffirait de consigner une PM avant d’être arrêté pour qu’on soit innocent ?»

Pour séparer le bon grain de l’ivraie dans cette histoire qui comprend tous les éléments d’un feuilleton (drogue, pouvoir, famille), tout passe ainsi par la déposition du Dr Divish Soobhug qui a été inculpé de trafic de psychotropes et usage de faux. L’avocat du Dr Soobhug devrait présenter une motion pour sa remise en liberté dans les jours qui viennent.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x