Cour d’investigation: le «Sir Gaëtan» s’est retrouvé en difficulté à partir de 19 h 01

Avec le soutien de
Le PC Goolooluck (à g.) est revenu sur son rôle ce soir-là, alors que David Huggett, Operations Manager, a soumis un rapport.

Le PC Goolooluck (à g.) est revenu sur son rôle ce soir-là, alors que David Huggett, Operations Manager, a soumis un rapport.

Les témoins continuent de défiler devant la cour d’investigation devant faire la lumière sur le naufrage du remorqueur Sir Gaëtan. Hier, c’est le PC Goolooluck qui a été interrogé. Lors de son témoignage, le PC, qui est posté à la NCG Operations Room à La Saline, a affirmé qu’il avait pris son service à 14 h 30 et qu’il surveillait le C-Vision dans la soirée du 31 août 2020.

Muni de documents, il a indiqué l’itinéraire du Sir Gaëtan, sa position et sa vitesse, depuis qu’il a quitté le port jusqu’à ce qu’il arrive à Pointe-d’Esny et lorsqu’il a remis le cap sur Port-Louis à 16 h 30. Selon lui, ce n’est qu’à 19 h 01 qu’il a remarqué que la position du remorqueur de la Mauritius Ports Authority (MPA) était inhabituelle alors qu’il remorquait l’Ami Constant à Port-Louis.

«Lorsqu’il se dirigeait vers Port-Louis, le Sir Gaëtan se trouvait à au moins 4-5 milles nautiques au large. À 19 h 01, j’ai remarqué qu’il avançait vers le récif et que la vitesse diminuait. À 19 h 01, il se rapprochait des récifs et se trouvait à 2 milles nautiques. Il était en difficulté», a expliqué le PC Goolooluck. Il raconte avoir informé son supérieur, pour qu’il puisse s’enquérir de la situation et aussi savoir pourquoi le remorqueur s’approchait des récifs.

À une question du capitaine Mahendra Babooa, l’un des assesseurs, le PC Goolooluck fait ressortir qu’il y a un décalage d’une à deux minutes entre le temps réel et la position actuelle d’un navire.

Quant à David Huggett, Operations Manager chez Dive Solutions, il a soumis un rapport après une requête faite par la société Polyeco et la MPA. «On devait aller sur le site pour une évaluation pour voir s’il y avait un déversement de diesel sur le remorqueur.» Il a indiqué que le rapport a été écrit le 3 septembre par le Sud-africain Wietsman Roets, qui est le lead supervisor de l’équipe de Dive Solutions (Mauritius) depuis trois ans.

Le panel devait également entendre le témoignage de Myriam Bheenick, l’épouse du capitaine Moswadeck Bheenick. Or, sa déposition a été renvoyée. La cour d’investigation reprend le 22 septembre avec d’autres témoins.

Publicité
Publicité

Le 26 juillet, les habitants de Pointe d’Esny se réveillent avec une triste image: l’épave du MV Wakashio drossée sur les récifs. Le navire japonais battant pavillon panaméen s’est échoué la nuit précédente. 12 jours après, il déverse son contenu dans nos lagons, causant une marée noire. Sans perdre de temps, les Mauriciens, main dans la main, s’activent pour limiter les dégâts. Retour sur la pire catastrophe écologique du pays…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x