Liste grise et liste noire: l'optimisme mauricien après les premiers examens de la délégation du GAFI

Avec le soutien de
La délégation du GAFI a rencontré hier les responsables des instances régulatrices et des institutions combattant la corruption, entre autres.

La délégation du GAFI a rencontré hier les responsables des instances régulatrices et des institutions combattant la corruption, entre autres.

Les membres de la délégation du Groupe d’action financière (GAFI) multiplient les réunions depuis leur arrivée à Maurice le week-end dernier. Hier matin, la coprésidente du GAFI pour la région Afrique/Moyen Orient, Fikile Zitha, et les autres membres de la délégation, ont eu une longue session de travail avec le comité interministériel, présidé par Pravind Jugnauth.

Les enjeux économiques d’une sortie rapide de Maurice de la liste grise ont fait l’objet de discussions approfondies entre les deux parties, le Premier ministre insistant sur l’engagement du gouvernement à appliquer les réformes à moyen et long termes pour combattre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Durant toute la journée d’hier, les membres de la délégation ont eu des consultations avec les responsables des instances régulatrices et des institutions chargées de combattre la corruption, réunies au sein du Core Group, à savoir la Banque de Maurice, la Financial Services Commission, la Financial Intelligence Unit ou encore l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Ils ont souligné que, par rapport aux exigences du Plan d’action du GAFI, qui compte 40 recommandations, Maurice s’est conformé à 39 d’entre elles.

En sus des rencontres avec les représentants des Management Companies et des opérateurs économiques financiers et non-financiers tombant sous le Designated Non-Financial Businesses Sector, les membres de la délégation visiteront les bureaux des institutions, des entreprises, des bijouteries, des opérateurs de jeux et des sociétés immobilières pour s’assurer qu’ils sont tous équipés logistiquement et humainement pour éviter les risques de blanchiment d’argent.

La délégation du GAFI, qui quittera Maurice mercredi, ne tardera pas à se prononcer sur le sort de la juridiction. En fait, lors de la réunion de la session plénière prévue le mois prochain, le cas de Maurice sera mis sur la table des assesseurs. Sur la base de l’optimisme affiché par les autorités mauriciennes, il y a fort à parier que le pays sortira de la liste grise à l’issue de cette réunion et éventuellement, de la liste noire dans les six semaines suivantes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x